Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Premiers éléments d’une contre-expertise du rapport Attali

INTERVENTIONS. (Par Liêm Hoang-Ngoc, Maître de conférences à l’Université de Paris I, chercheur au Centre d’économie de la Sorbonne (CNRS - UMR 81 74). Co-auteur de la « Contre-expertise du rapport Attali », La Forge, 24 janvier, 2008)

Jacques Attali nous invite à considérer en bloc la cohérence de son rapport. L’analyse synthétique qui suit relève ce défi, et s’attelle à présenter sommairement les premiers éléments d’une contre-expertise. 7 février 2008.
En 316 propositions, le rapport Attali décline sous forme de mode d’emploi les grandes « réformes structurelles » recommandées par de nombreux rapports publiés au cours de la période récente, notamment les rapports Minc, Boissonnat, Virville, Camdessus ou encore le rapport de suivi du « programme national pour l’emploi » remis régulièrement, en application de la stratégie de Lisbonne renouvelée de 2005 à la Commission européenne en application des « Lignes directrices intégrées pour la croissance et l’emploi ».
Prises isolément, il est toujours possible de discuter certaines de ces propositions. Mais Jacques Attali nous invite à considérer en bloc la cohérence de son rapport. L’analyse synthétique qui suit relève ce défi, en épargnant donc au lecteur le commentaire de texte citation par citation, et s’attelle à présenter sommairement les premiers éléments d’une contre-expertise.

La suite de cet article sur le site de la revue Mouvements :

http://www.mouvements.info/spip.php?article253

Les commentaires sont fermés.