Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avis de recherche : le bout du tunnel, après un an de crise

rubon1061-04d8b[1].pngLa crise financière déclenchée aux États-Unis à la suite d’une politique du crédit aussi absurde que dangereuse n’en finit pas de s’étendre et de produire ses dégâts. Pourtant, ce ne sont pas les avis rassurants qui ont manqué, ni les tentatives désespérées des banquiers centraux pour voler au secours des banquiers ordinaires au bord du gouffre. Ainsi se vérifient trois axiomes de la finance mondiale : 1) la liberté de circuler du capital a un prix, celui de la baisse du « coût du travail », de la dégradation de l’emploi et de l’amputation des droits sociaux ; 2) les banques centrales abreuvent de liquidités un système financier spéculatif, pendant la montée d’une bulle et aussi après l’éclatement de celle-ci pour éviter les faillites en cascade ; 3) les gains sont pour les actionnaires, les pertes pour la collectivité.

Il n’y aura pas de bout du tunnel tant que les dogmes néolibéraux n’auront pas été abandonnés. La loi du profit maximal, la concurrence débridée et le marché sans entraves conduisent inexorablement aux crises financières répétées, au délabrement social, à la crise alimentaire pour une fraction importante de l’humanité, à l’impuissance face à la crise écologique planétaire et finalement à des politiques sécuritaires et agressives pour pallier les contradictions d’un système délirant. Attac le répète depuis sa création, il y a dix ans : il est urgent de désarmer les marchés financiers, d’imposer des restrictions drastiques à la circulation des capitaux, de taxer toutes les transactions financières, de mettre le système bancaire sous contrôle démocratique, de placer les institutions internationales sous l’égide d’une ONU démocratisée, de supprimer les paradis fiscaux, d’annuler la dette des pays pauvres, d’assurer à tous les humains l’accès aux biens communs et de sortir enfin l’Europe du carcan libéral. Tant que cela ne sera pas fait, le tunnel n’aura pas de fin car les richesses continueront de se concentrer dans quelques mains, la pauvreté et la faim s’aggraveront, et la démocratie ne sera qu’un vain mot. Telles sont les vraies leçons à tirer d’une crise née des subprimes américains mais, au-delà, de la nature même du capitalisme néolibéral.

Attac en appelle à la conscience citoyenne de tous pour préparer des mobilisations fortes à la rentrée qui, seules, pourront mettre au pas les acteurs financiers. Attac donne rendez-vous à tous ses adhérents et sympathisants pour en débattre lors de son Université citoyenne du 22 au 26 août à Toulouse.

Attac France, Montreuil, le 13 août 2008

Les commentaires sont fermés.