Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La raison s’évanouit

rubon1.jpg« 25 000 milliards de dollars évanouis » titre Le Monde des 26 et 27 octobre 2008, sous la signature de Pierre-Antoine Delhommais, Clément Lacombe et Marc Roche.

Le Monde aurait-il perdu la tête, à l’image du monde ? Rien, strictement rien ne s’est évanoui, puisque l’éclatement d’une bulle détruit la fiction précédente. Aucune richesse réelle n’a disparu. Le capital estimé par la valorisation boursière au jour le jour n’est que fictif, disait Marx, et il avait raison, et la liquidité des actifs financiers ne peut être vraie pour tous les actionnaires en même temps, disait Keynes, et il avait raison.

Si la fiction du capital n’est pas comprise par les tenants du système et se prolonge dans le mythe de l’ “évanouissement”, c’est parce que, dans l’imaginaire bourgeois, le capital est fécond et est capable de se valoriser tout seul. Eh bien, non. Le capital ne peut être valorisé que par le travail.

Les éditorialistes du Monde et ceux qui écrivent dans le monde entier devraient revenir aux sources. Ils retrouveraient leurs esprits.

Speculand : le blog de la crise :

 http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique1107

Les commentaires sont fermés.