Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les lobbies dans la crise

Ce que les banques soutenues par le plan Paulson ont dépensé en lobbying

Article de Matt Kelley, USA Today (7/11/08)

WASHINGTON – 19 banques empochant l’argent du contribuable du département du trésor ont dépensé 32.4 millions de dollars en lobbying sur le gouvernement fédéral pendant les 9 premiers mois de cette année. Leur « lobbying disclosure report » [2] montre que, au total, le trésor investit dans ces banques 159 milliards de dollars des 700 milliards approuvés par le congrès le mois dernier. Aucune des banques n’a annoncé son intention d’arrêter son lobbying.

Le lobbying par l’industrie financière avant et pendant la crise financière est notoire et critiqué par des associations de consommateurs, des membres du congrès et le Président élu Barack Obama lui-même.

« Il est ridicule que les coupables de ce gâchis doivent être les gens dictant au congrès comment en sortir » a déclaré Katleen Day de l’association sans buts lucratifs « Centre pour des prêts responsables ».

Le sénateur Dianne Feinstein, représentante de Californie, a commencé à écrire une proposition de loi pour interdire l’aide gouvernementale sur fonds publics aux lobbyistes après avoir appris que le géant American International Group continuait son lobbying après avoir reçu 123 milliards de prêts garantis par le gouvernement. « AIG a suspendu son lobbying le 20 octobre » a déclaré Joe Norton, porte parole de la compagnie.

Dans une déclaration, Feinstein a déclaré : « Il serait inconséquent pour ces sociétés de mal utiliser l’argent public dans le lobbying ». Alors que la loi fédérale interdit l’usage des prêts fédéraux, subventions ou argent des contrats pour du lobbying, Gil Duran, porte-parole de Feinstein, a déclaré : « Feinstein veut s’assurer que l’interdiction s’applique aussi aux investissements, prêts garantis et autres aides d’urgence offertes aux sociétés financières » .

Le lobbyiste de l’industrie financière Scott Talbott a dit que ces restrictions n’étaient pas nécessaires :

« Washington est à l’affut. Le monde est à l’affut. Les sociétés seront capable de montrer comment elles utilisent l’argent » dit Talbot, vice-président senior du « financial service roundtable », un groupement commercial qui représente 21 grandes banques bénéficiaires d’investissements gouvernementaux, ajoutant « L’argent du lobbyisme viendra d’autres sources ».

Feinstein et d’autres ont critiqué AIG le mois dernier pour avoir payé à ses cadres une « retraite » à 440 000 $ après avoir reçu l’aide gouvernementale. Les registres montrent que AIG a dépensé en 2007 et à ce jour 9.5 millions de dollars en lobbying.

Norton a affirmé que AIG a cessé son action d’influence sur la législation et les règlements mais ses lobbyistes « continuent à suivre les politiques et avoir des discussions générales » avec les juristes et les législateurs. Il a dit que « AIG n ‘avait pas de plan pour virer ses lobbyistes ou ses sociétés de lobbying ».

Notes

[1] Le « lobbying disclosure act » de 1995, révisé en 2007

[2] Note du traducteur : rapport périodique et obligatoire aux USA des lobbyistes sur leur activité dans le cadre de la loi fédérale « lobbying disclosure act » de 1995

Les commentaires sont fermés.