Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Directive sur le temps de travail : le Parlement européen réagit

 

rubon1.jpgL’accord sur le temps de travail trouvé le 9 juin 2008 au Conseil des ministres de l’Union européenne marquait une régression sociale considérable : 
- Autorisant "l’opt-out", il permettait aux salariés "qui le souhaitaient" de travailler bien au-delà des 48 heures maximales, poussant jusqu’à 60, voire 65 heures par semaine à titre individuel. 
- La période de référence pour le calcul de la durée moyenne de travail devait passer de trois mois à un an. Pendant cette période, le temps de travail doit être en moyenne de 48 heures, mais peut ponctuellement être porté à 60 ou 65 heures. 
- Par ailleurs, la notion de durée du travail était revue dans un sens restrictif, avec la définition de "périodes de garde inactives" qui pouvaient ne plus être considérées comme temps de travail.

Entre le temps de travail démesuré et les astreintes, la semaine de travail aurait pu s’étendre jusqu’à 78 heures. Le Parlement européen a refusé ce compromis trouvé par les ministres. À six mois des élections européennes, il a refusé de faire reculer l’Europe sociale d’un siècle. Si Attac se réjouit de ce sursaut, il demeure que ce projet est emblématique d’une présidence française qui, en pleine crise économique, avait réussi l’exploit de supprimer le social des priorités de l’Union européenne.

Ainsi, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy et de Xavier Bertrand, l’Europe sociale aurait pu être celle des 78 heures de travail par semaine. Le projet n’est pas enterré, puisque s’ouvre une phase de négociations entre le Parlement et le Conseil. Après la réussite de la mobilisation des syndicats européens le 16 décembre contre cette directive, Attac France, avec les Attac d’Europe, œuvrera à maintenir la pression pour une Europe de la réduction du temps de travail.

Attac France, Montreuil, le 22 décembre 2008

 

Commentaires

  • L'homme n'a pas de limite morale quand il pense que c'est Darwin, l'appat du gain qui fait avancer le monde. Qu'est devenue l'Europe du siècle des lumières qui pensait que la seule richesse d'une Nation, c'est les hommes qui la composent ?
    Des hommes bien nourris, bien soignés, cultivés ne sont considérés par les monarchies que comme une menace, qui n'ont qu'un seul but, détruire la fonction publique. Que fait l'europe aujourd'hui ?
    cordialement

Les commentaires sont fermés.