Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Mobilisations à venir pour le deuxième semestre 2008

    Mobilisations du deuxième semestre 2008
     
    La présente note a pour objet de présenter, à partir des priorités de la Présidence française de l’Union européenne, les mobilisations nationales actuellement prévues avec l’implication d’Attac, et l’objectif que nous proposons à cette occasion aux groupes locaux et à l’ensemble de l’association (pour une analyse plus détaillée des enjeux de la Présidence française, voir le 4 pages : http://www.france.attac.org/spip.php ?article8665).
    Toutes les informations sur le site : http://www.france.attac.org/spip.php?article8735

  • Des ponts, pas des murs

    arton8743-c7f06[1].pngPlus de soixante-dix organisations de la société civile appellent à une mobilisation de grande ampleur à Paris, les 17 et 18 octobre, pour une autre conception de l’immigration et un autre rapport entre l’Union européenne, l‘Afrique et le reste du monde.

    À l’heure où les pays de l’UE semblent s’accorder sur le pacte européen sur l’immigration et l’asile, qui devrait être adopté les 13 et 14 octobre, et avant la deuxième conférence interministérielle euro-africaine en matière de migration et développement des 20 et 21 octobre, les organisations de la société civile dénoncent les bases de cet accord et appellent à la mobilisation contre son adoption.

    Préoccupés par le caractère essentiellement sécuritaire des politiques migratoires entraînant des milliers de morts [1], et par les choix économiques mis en œuvre qui maintiennent le continent africain en marge du développement, nous organisons un sommet citoyen sur les migrations pour exiger un dialogue équitable qui assure le respect des droits des migrants.

    La France entend proposer à ses homologues européens les accords de « gestion concertée des flux migratoires et de développement solidaire » comme modèle de négociation. Ces accords font la promotion d’une « immigration choisie », et visent à contraindre les pays du Sud à réadmettre leurs ressortissants expulsés, y compris ceux qui n’ont fait que transiter par ces pays. L’aide au développement devient un levier de négociation.

    Il est grand temps que la question des migrations et du développement soit réellement pensée sous l’angle des intérêts mutuels : ceux des pays d’origine, des pays de transit, des pays d’accueil et surtout ceux des migrants eux-mêmes. Nous voulons une autre Europe que celle qui se transforme en forteresse : des ponts pas des murs.

    Nous vous donnons rendez-vous :
    Vendredi 17 octobre : Deuxième conférence non gouvernementale euro-africaine sur les migrations, en présence de nombreuses personnalités.
    Samedi 18 octobre : Grande marche et concert autour du slogan « Des ponts, pas des murs ».
    http://www.despontspasdesmurs.org

    [1] 12 489 immigrés sont morts aux frontières de l’Europe depuis 1988, d’après les estimations de Fortress Europe.

  • Compte-rendu d'Attac Châtellerault juin 2008

    rubon1.jpgCi-joint le compte-rendu de la réunion de juin d'Attac Châtellerault.
    Bonne lecture.
    C.R. comité local 11-06-08.pdf

  • Non à la privatisation de la Poste

    rubon1.jpgAttac France condamne le projet du gouvernement de privatisation de La Poste

    Cachée derrière l’annonce d’une transformation en société anonyme, c’est l’ouverture du capital qui est engagée. Celle-ci, même minoritaire, permettra l’entrée de capitaux privés qui œuvrent dans une tout autre logique que celle d’un service public, amenant des transformations d’ensemble pour la stratégie de l’entreprise, ses rapports au service rendu, ses investissements, sa gestion des coûts, son personnel.

    L’ouverture minoritaire du capital de France Télécom s’est faite en 1997, dix ans plus tard, la part de l’État est descendue à 27%.

    Aujourd’hui, au-delà des problèmes posés au personnel et aux organisations syndicales, ce qui est en jeu, c’est l’évolution d’un des services publics les plus présents sur le territoire français, avec le lien social qu’il organise dans une logique bien différente de celle qui est à l’œuvre dans les entreprises privées. Ce projet vient compléter l’éclatement de La Poste et la banalisation du Livret A, montrant la direction d’ensemble qui est prise. Aujourd’hui encore, service public pour la grande masse de la population et, parmi elle, les plus pauvres, La Poste prend désormais le chemin de la soumission aux exigences du capital.

    Attac France, le 9 juillet 2008