Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Le B.A-BA de la crise des Subprimes

     

    rubon1.jpgUn petit cours très pédagogique et amusant donné dans une BD parue aux Etats-Unis et traduite par Rue89 :
    petit_cours_subprime.pdf

     

  • "Le plan Paulson est une transfusion sanguine à un malade souffrant d'une hémorragie interne"

    Interview de Joseph Stiglitz, économiste, ancien économiste en chef de la banque Mondiale, prix Nobel d'économie en 2001. (Le Monde du 11/10 2008)

    La crise financière s'envenime chaque jour davantage. Pourquoi les investisseurs ne parviennent-ils pas à retrouver la confiance 

    Ce n'est pas une surprise si les choses ne s'améliorent pas. Les remèdes apportés jusqu'ici ne résolvent qu'une partie du problème. En particulier le plan initial américain de 700 milliards de dollars [517 milliards d'euros]. Il consiste à racheter les mauvaises dettes des banques. Mais en rachetant des titres qui ne valent quasiment plus rien, l'Etat va transformer des pertes anticipées en pertes réelles. Les banques ont un trou dans leur bilan à cause de ces mauvaises dettes. Il faut le reboucher. En cela, le plan britannique qui consiste à injecter du capital aux banques est une meilleure option. Mais il n'y a pas que ce problème.

    Que voulez-vous dire ?

    La racine du problème, c'est la chute du marché immobilier. Aux Etats-Unis, on attend encore 2 millions de saisies immobilières, parce que les propriétaires sont incapables de rembourser leurs crédits hypothécaires. Tant qu'on n'aura pas stoppé ce mouvement, les dettes vont continuer de provoquer des pertes dans le bilan des banques. Henry [le secrétaire au Trésor] pense que le déclin de l'immobilier va s'arrêter, mais aucun économiste sérieux n'y croit. Son plan consiste à faire une transfusion sanguine à un malade qui souffre d'une hémorragie interne.

    Enfin, les économies entrent en récession. Pour endiguer cela, il faut un stimulus à l'économie. Aux Etats-Unis, l'assurance-chômage couvre vingt-six semaines, ensuite vous êtes à la rue. La crise va durer bien plus de vingt-six semaines. Il faut des mesures plus protectrices, sinon la situation va devenir bien pire.

    En Europe, quelles solutions seraient, selon vous, efficaces ? 

    Il faut une solution commune à tous les pays d'Europe. Chacun d'entre eux ne peut faire comme si la crise ne concernait que lui. L'Europe est parvenue à créer un système financier unique. Il faut en tirer les conséquences. Pour résoudre la crise en Europe, il faut des solutions européennes. Proposer une garantie de dépôt dans un pays et pas dans un autre, par exemple, ne fait que distordre la compétition entre banques : il est tellement facile de changer d'établissement au sein de l'Union.

    Dans l'immédiat, il faut autoriser un déficit public supérieur à 3 % du PIB. Le statut de la Banque centrale européenne, qui est focalisée sur l'inflation et non sur la croissance, est aussi un problème.

    On assiste à un mouvement de défiance vis-à-vis des banques. Pensez-vous que cela va durer ? 

    Les banquiers se sont très mal comportés. Pourquoi aurait-on confiance ? Ils ne savent pas gérer les risques, même s'ils savent habiller leurs comptes pour que ceux-ci aient l'air corrects quelque temps. Et ce n'est pas nouveau, on a déjà eu beaucoup de crises bancaires. Il faut revoir toute la manière de réguler le système. Il y a un trou dans le bateau et l'urgence est de le réparer, comme dit Ben Bernanke [le président de la Réserve fédérale américaine]. Mais il faut aussi changer le capitaine. Ce bateau est conduit par un alcoolique, qui nous mène encore droit sur les rochers.

    Cette crise est souvent comparée à celle de 1929. Redoutez-vous des conséquences aussi dramatiques ? 

    On évoque 1929, parce que l'on pense à la faillite de Wall Street et que l'on veut éviter de trop grosses pertes aux banques. On devrait plutôt comparer cette crise à celle de l'Indonésie. Il y a dix ans, cette crise financière s'est transformée en grande dépression : à Java, il y a eu 40 % de chômage. On sait ce qu'il ne faut pas faire et comment stopper la chute. La question est de savoir si on le fera, et si on le fera correctement.

    Propos recueillis par Claire Gatinois
  • Union européenne : surdité et absurdité

     

    rubon1061-04d8b.pngAlors que la crise financière mondiale est de plus en plus violente et que ses conséquences sur l’économie réelle se font déjà sentir partout en Europe, les dirigeants de l’Union continuent de prôner un modèle néolibéral dont la faillite est désormais avérée.

    Ainsi, les ministres chargés de l’économie et des finances (ECOFIN), réunis le 7 octobre, ne voient qu’un moyen pour profiter d’une éventuelle sortie de crise, « poursuivre énergiquement les réformes structurelles », notamment en renforçant « la concurrence sur le marché des produits et des services [pour] réduire les pressions inflationnistes ». Le tout sur fond de « flexibilité du marché du travail » et de « mobilité ».

    Décidément, il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, comme le montre par ailleurs le traitement réservé au peuple irlandais, coupable d’avoir dit non au traité de Lisbonne. Au lieu d’écouter la voix des citoyens et de revoir leur copie, les dirigeants européens n’ont qu’une idée en tête : forcer les Irlandais à revoter, en leur promettant la carotte (quelques dérogations au traité) ou en les menaçant du bâton (la mise à l’écart de l’Union).

    Face à ce déni de démocratie, Attac France invite ses adhérents à se mobiliser ce samedi 11 octobre et à marquer leur solidarité envers les citoyens irlandais, comme ce sera le cas dans plusieurs autres pays. Il faut envoyer un message fort à Bruxelles : on ne peut plus, à la tête de l’Union, continuer ainsi à se moquer des peuples. Il y va tout simplement de l’avenir de la construction européenne et de l’émergence d’une citoyenneté véritable en son sein.

    Attac France,
    Montreuil, le 10 octobre 2008

     

  • Infos rapides Attac dans la Vienne - 08 octobre 2008

     

    rubon1.jpg

    - Mardi 7 octobre à 20 h 30, Salle Camille Pagé : Réunion mensuelle d'Attac Châtellerault
    - Mardi 14 octobre à 20 h 15, Maison du peuple, salle Jouhaux (la grande salle, rue Arsène Orillard) : Réunion mensuelle d'Attac Poitiers. 

    - Jeudi 16 octobre à 20h 30, salle Camille Pagé : Réunion-débat Attac Châtellerault/ASPES "Le médicament, au service de qui ?" avec Eliane Fradin-Jahan, économiste à l'université de Poitiers et Denis Richard, pharmacien hospitalier et des représentants de l'ASPES (Association Accès aux Soins, Perspectives et Enjeux de la Santé)


    Une excellente nouvelle pour finir !

    Les deux spectacles avec la compagnie de "La Tribouille" sont enfin annoncés dans la programmation de la maison des projets les 11 et 12 décembre 
    -
     Le jeudi 11 décembre : "Le paradoxe de l'Erika" à 14 h 30 (pour les scolaires) + à 20 h (séance tous publics)
    - Le vendredi 12 décembre : "Le radeau de la monnaie" à 20 h
    Les tarifs ont été modifiés légèrement à la hausse pour pouvoir accueillir les 2 spectacles : 
    - 5 euros (étudiants, stagiaires formation pro et chômeurs)
    - 8 euros (tarif adhérent : Cemea + Attac)
    - 10 euros (tarif plein) et 15 euros les 2 spectacles