Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • ADN: Refusons le fichage génétique des militants (suite)

     

    logo_conf.gifPour avoir refusé un prélèvement d'ADN en vue du fichage sur le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques, Jacques Pasquier est convoqué par la "Chambre des appels correctionnels de la cour d'appel" de Poitiers le vendredi 19 décembre 2008 à 9 heures.

    Des faucheurs volontaires d’OGM, pour l’action non violente du 14 août 2004 avaient d'abord été relaxés lors du procès d’Orléans du 27 octobre 2005, avant d'être déclarés coupables lors des procès en appel et en cassation. Comme d'autres, ils ont été convoqués individuellement pour des prélèvements d’ADN aux fins d’inscription au fichier de la délinquance qui concerne maintenant tous les crimes ou presque (curieusement la délinquance financière est dispensée de l’inscription à ce fichier).

    En avril dernier, il s'est rendu à cette convocation mais a refusé le prélèvement d'ADN. Ce refus n'a rien à voir avec le combat contre les ogm. C’est une question de liberté individuelle et collective.

    Lors du jugement de première instance le Tribunal l'a relaxé au regard des dispositions prévues à l'article 8 de la Convention européenne des Droits de l'Homme ; le Procureur général a fait appel de ce premier jugement, ce qui nous amène à ce nouveau rassemblement.

    La Confédération paysanne (dont il est un des responsables nationaux) dénonce :

    · La disproportion entre la procédure (prélèvement d'ADN et inscription au fichier national automatisé des empreintes génétiques) et la consistance du délit pour lequel les faucheurs ont été condamnés.

    · La tentative de criminalisation des actions militantes en mettant sur le même plan les crimes à caractère sexuel, les actes de terrorisme et les actions légitimes de contestation.

    · La tendance actuelle au fichage génétique systématique pour les infractions les plus banales (dont arrachage d'OGM, tags, dégradations, présomption de prise de stupéfiants,...) laissant présager l'extension du fichier et craindre pour les libertés.

    · L’accroissement de tout type de fichage. Le fichier dénommé EDVIGE, organisant le fichage généralisé et systématique de « toutes personnes âgée de 13 ans et plus » « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif » montre bien la volonté des pouvoirs publics de dissuader toute forme de contestation ou d’opposition citoyenne ; EDVIGE est abandonné mais remplacé par EDVIRSP sans grande différence.

    Une fois de plus, en prenant le risque de nous retrouver devant les tribunaux par le refus du prélèvement d'ADN, nous sommes des lanceurs d'alerte.

    Le 31 juillet, il y avait une soixantaine de personnes lors du procès en première instance, soyons aussi nombreux le 19 décembre...

    Et comme on prévoit tout, même le pire, des parapluies "Confédération paysanne" seront disponibles en cas de pluie !

    Rassemblement vendredi 19 décembre 2008 à partir de 8h 45 place du palais de Justice de Poitiers

     

     

  • Une nouvelle AMAP près de Poitiers

    Une nouvelle AMAP sur l'agglomération de Poitiers. Il est encore possible d'y adhérer.

    L'AMAP les Grand'Goules  est officiellement créée, association pour le maintien d'une agriculture paysanne.

    Vous pouvez adhérer (10 €/an) dès aujourd'hui, même si vous ne voulez pas souscrire aux paniers de légumes bio et autres produits bio que l'AMAP fera venir (nos bio vins proposés par nos adhérent-es, fromages, viandes, produits laitiers, ...). Le panier de légumes frais hebdomadaire sera livré a priori sur le campus universitaire, sur 50 semaines/an, prix entre 12 €-15 € à préciser avec nos producteurs. 

    Une particularité de notre AMAP : une tarification solidaire sera proposée  - prix du panier selon le quotient familial de l'adhérent(e), afin de permettre l'accès des légumes bio aux salaires les plus bas, exemple pour illustration : pour un panier de 12€, +1€/panier pour quotient familial > à 1800€, permettant l'accès possible à des paniers à 8€ pour quotient familial  inférieur à 1200 €. à peaufiner).

    Nous avons deux producteurs qui s'installent en maraîchage, l'un à Montamisé, Robert, l'autre à Adrié, Jean.

    - 70 paniers pourront être livrés dès juin/septembre, pas avant, faut que ça pousse !!! (1 panier : entre 3 et 5 kg de légumes, selon saison, aléas climatiques, la Terre vie !

    Néanmoins, la vie des amapiens ne commence pas à l'arrivée du premier panier de légumes. Consommateur, certes, acteur militant sans aucun doute pour une autre économie, une autre agriculture, et tutti quanti. Le but de l'AMAP est également d'accompagner les paysans dans leur projet d'installation, de participer  aux travaux de la ferme (oh, pas de panique, 2 fois par an, pour les patates, les haricots verts, l'installation des tunnels, ...), de promouvoir l'agriculture bio de proximité et l'alimentation bio, une autre forme de relations économiques entre paysans/consomm'acteurs, etc. (voir nos statuts)

    AMAP les Grand'Goules, 3 rue C. de Gaulle, 86240 Smarves

    Bulletin d'adhésion en ligne, statuts, règlement intérieur, Charte :  http://amap-lesgrandgoules.ouvaton.org

    Contact : Gilles Frapper, 3 rue C. de Gaulle, 86240 Smarves  05 49 55 92 64

  • Le financement du développement n'est pas une priorité pour les dirigeants du monde

     

    rubon1.jpgLa conférence de Doha sur le financement du développement s’est terminée mardi dernier dans l’indifférence générale et sans que de réelles décisions aient été prises. L’idée, proposée par certains participants, de mettre en place un système de taxation des transactions financières a bien entendu été rejetée.
    Convoquée dans le cadre de l’ONU, cette conférence devait être l’occasion, pour les chefs d’État ou de gouvernement du monde, de montrer qu’ils accordent leurs actes à leur paroles en débloquant les fonds qui manquent cruellement pour atteindre les "Objectifs du millénaire". Destinés à réduire la faim de moitié en dix ans, à promouvoir la santé et l’éducation de base, ces fonds sont estimés généralement à 30 milliards de dollars par an – chiffre à comparer au 5 500 milliards de dollars transitant chaque jour sur les marchés ou aux sommes fabuleuses débloquées pour tenter de résoudre la crise financière.

    La faim, l’illettrisme, le non accès à l’eau, à la santé, à l’éducation et au logement dans le monde ne sont pas des fatalités : les moyens existent, seule fait défaut la volonté politique de les mettre en œuvre. À cet égard, Attac rappelle l’engagement maintenant ancien de la France de consacrer 0,7% de son PIB à l’aide publique au développement – ce qui est de toute façon insuffisant – et s’inquiète des coupes sombres qui s’annoncent dans ce domaine.

    Face à l’égoïsme des gouvernements du Nord et à leurs promesses non tenues, il est de plus en plus clair que la mise en place de taxes globales est la seule solution permettant de financer le développement de façon pérenne.

    Attac France, Montreuil, le 4 décembre 2008