Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OGM - Page 5

  • OGM partout, étiquetage nulle part

    Sur le site : http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/ un article intéressant sur l'importation d'OGM qui continue via les tourteaux de soja, qui sont dans leur quasi totalité OGM.

    A lire et à faire circuler autour de vous.

    Ce samedi matin 21 novembre, une centaine de Faucheurs Volontaires venus de différentes régions - dont une quinzaine de Rhône-Alpes - ont bloqué dans le port de Lorient le déchargement de l’ARISO, un cargo battant pavillon panaméen, avec un équipage philippin, chargé de 46 500 tonnes de soja transgénique venant du Paraguay.

    Avec cette action, les Faucheurs Volontaires ont dénoncé les importations considérables de soja transgénique (avec le moratoire, la France ne produit plus de maïs pesticide Monsanto810, mais importe toujours de grandes quantités de soja), le manque de traçabilité qui interdit tout vrai choix au moment de faire ses achats, et exigé l’étiquetage des produits issus d’animaux nourris aux OGM.

    Symboliquement, quelques litres de brou de noix - un colorant naturel - ont été versés dans la cargaison, pour la colorer en marron foncé.

    Les Faucheurs Volontaires ont quitté le port vers midi, après avoir obtenu un rendez-vous la semaine prochaine avec la Direction Générale de l’Alimentation au ministère de l’agriculture à Paris.

     

     

  • La pousse du maïs n'est pas dans la culture du gendarme

    La pousse du maïs n'est pas dans la culture du gendarme

    La gendarmerie nationale a-t-elle vocation à se substituer à une société de gardiennage ? Dans le cas des essais de maïs transgénique, la réponse est oui. Depuis quelques jours, les six parcelles situées à Valdivienne et Civaux (5,5 hectares en tout) ont même droit à une surveillance accrue, 24h/24 avec deux gendarmes postés en permanence sur chaque parcelle. Ces essais privés sont cultivés par la société Idémaïs pour le compte des multinationales agrochimiques Syngenta Seeds SAS, Pionner Genetique SARL et Monsanto Agriculture France SAS (et son fameux hybride « NK603x MON 810 » découvert par la « NR » début mai, autorisé sous forme d'essai et non de culture). Ces puissances financières mondialisées profitent quasiment à plein temps de l'effectif d'une brigade territoriale d'une ville de 7 000 habitants. Cet afflux de militaires est-elle une des conséquences de l'assemblée générale des faucheurs volontaires organisée le week-end dernier à Grigny (Rhône) ? Les faucheurs ont annoncé qu'ils deviendraient des « semeurs volontaires » pour lutter contre la privatisation des semences mais… ils ont également dénoncé les carences de moyens mis en oeuvre pour faire respecter le moratoire sur le MON 810. En clair, ils s'autorisent donc toujours le droit de faucher. L'Etat a donc pris les devants en envoyant ses militaires au champ. Mais ces derniers vivent de moins en moins bien cette mission qui confine plus au rôle d'un vigile de supermarché qu'au maintien de l'ordre. D'après nos informations, les multinationales auraient même tenté mieux dernièrement : elles voulaient imposer aux brigades un suivi de la croissance des pieds de maïs OGM ! Et le comptage des grains de fusée, c'est pour quand ? Bref, ça chauffe sous des képis soumis au devoir de réserve mais qui ont une autre idée de leur mission républicaine.

    Car si l'utilisation du denier public pour le privé pose aux civils comme aux militaires un cas de conscience, la situation a le mérite de montrer la scandaleuse collusion entre ces multinationales et un Etat dit de droit.

    Xavier BENOIT, (Nouvelle République de la Vienne du 17/07/08)

  • LES DÉPUTÉS RENVOIENT LA LOI SUR LES OGM AU GOUVERNEMENT

    FRANCE : LES DÉPUTÉS RENVOIENT LA LOI SUR LES OGM AU GOUVERNEMENT
    par Christophe NOISETTE, Inf'OGM, mai 2008

    Le député communiste André Chassaigne a déposé une question préalable avant la lecture du texte de loi sur les OGM par les députés. Cette question a été adoptée par 136 contre 135 (et deux abstentions). Ainsi, les députés ne voteront pas ce projet de loi, aujourd’hui, ni même demain.
    Que va-t-il se passer désormais ?
    Le gouvernement a deux solutions :
    soit il représente un nouveau texte, et dans ce cas, ce nouveau projet de loi doit suivre la procédure officielle : présentation devant le Conseil des ministre, présentation devant le Conseil d’Etat, et navette entre les deux chambres.
    soit il confie ce travail de réécriture à une commission paritaire composée de 7 députés et de 7 sénateurs. Et ce texte retravaillé par la Commission paritaire devra passer devant les deux chambres.

    Récemment, François Fillon annonçait que le gouvernement prendrait l’option de la commission paritaire.

    A suivre…

  • Mobilisation générale pour le droit de produire et de consommer sans OGM

    Mardi 13 Mai 2008 à Paris : Mobilisation générale pour le droit de produire et de consommer sans OGM
    Dernier passage du projet de loi à l´Assemblée Nationale, à partir de 12 h et jusqu'en fin de soirée.
    Un pique-nique avec WWF et l'Alliance pour la planète sur l'esplanade des Invalides, (changement de lieu) à partir de 13 heures.
    · Une permanence place Edouard Herriot, paris 07, Assemblée Nationale de 12 h à tard dans la nuit, jusqu'au vote de la loi. Ce sera un lieu de rendez-vous, d'accueil et de discussion.
    · Vers 15 h, formation d´une chaîne humaine autour de l'assemblée, toutes et tous vêtus en combinaison blanche, en vue de protéger la population d'une éventuelle contamination qui serait autorisée de fait par le vote du projet de loi par les députés. Selon les infos que j'ai eu par GP France, la chaîne humaine n'a pas été autorisée, négociation en cours avec la Préfecture pour un lieu de manifestation.
    · Les drapeaux, panneaux et banderoles seront accrochées, déposées et gardées place Herriot, symboles de notre force et de notre cohésion dans cette lutte contre la contamination de notre sol et de notre alimentation, la main mise sur le vivant, le non-respect de chacun à produire et se nourrir selon son choix, et tout ce qui nous réunit dans ce combat.

    Pour « le droit de produire et consommer sans ogm », et parce que « Sans OGM c´est zéro OGM », voilà 2 évidences que les législateurs ont feint d’oublier ! N’ayons de cesse de leur rappeler ! Le dernier vote à l’Assemblée sera serré et espérons-le, en notre faveur !

    Urgent : il faut remplir le bus
    Un bus part de Charente et passera prendre les personnes intéressées à Poitiers à 7 h 15 sur le parking de l'entrée d'autouroute Poitiers Sud (Fontaine-le-Comte, à côté du méga Auchan). Le montant reste pour l'instant de l'ordre de 30 euros.
    LE BUS N'EST PAS PLEIN !!
    Les personnes souhaitant se rendre à cette manif doivent me le faire savoir au plus vite, je transmettrai le nombre définitif au collectif de Charente qui se charge de la location du bus.


    Stéphane
    05 49 45 74 27
    06 37 46 43 35

  • D’après l’ONU, les OGM ne résoudront pas les problèmes de faim dans le monde…

    D’après l’ONU, les OGM ne résoudront pas les problèmes de faim dans le monde, encore un mythe qui s’écroule.

    Le quotidien britannique The Independent publiait le 20 avril 2008 un article de Geoffrey Lean intitulé « The great GM crops myth »
    Le site Combat Monsanto, auquel Attac-France participe, donne une traduction de cet article.

    Cet article rend compte, en particulier, d’une étude conduite par l’université du Kansas aux États-Unis mettant en évidence les plus faibles rendements du soja et, pour pallier cette baisse, l’augmentation de l’usage des fertilisants.
    Alors que les appels partisans se multiplient pour le recours massif à la technologie transgénique afin de « résoudre la crise alimentaire mondiale », de nouvelles études scientifiques viennent contredire ces voix et révèlent que la modification génétique diminue la productivité des cultures.

    Une étude, qui a été menée sur une période de trois ans à l’University of Kansas, épicentre de la ceinture agricole américaine, a découvert que le soja transgénique produit environ 10% de moins que son équivalent conventionnel. Ces résultats viennent contredire toutes les affirmations des défenseurs de la biotechnologie qui soutenaient que les OGM augmentaient les rendements.

    La suite de cet article sur : http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article129