Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Web - Page 5

  • Vidéos de la conférence "Dette et démocratie"

    Attac.jpgLe montage des vidéos de la conférence internationale « dette et démocratie » est terminé. Vous pourrez trouver toutes les vidéos ici : http://www.dailymotion.com/BTrenaissance

    Parmi les vidéos les plus récentes, les interventions de conclusion d'Edwy Plénel : « On est responsable de sa liberté »

    - Susan George : « Le marché et la démocratie sont inconciliables »

    - Stéphane Hessel : « Il faut agir, avec la solidarité de tous ceux décidés à ne pas se laisser enrégimenter par les forces du marché »

    - Jean-Marie Harribey : « La démocratie n’est plus un objectif : elle s’inscrit dans nos luttes quotidiennes »

    La synthèse de la journée est aussi disponible. Vous pouvez aussi visionner la pièce de théâtre le Tribunal des Banques dont une représentation a été donnée le 15 janvier.

  • Vidéos du 15 janvier et appel à bonne volonté

    Logo Attac.jpgVous trouverez dans ce message les liens vers les vidéos de la conférence du 15 janvier « Leur dette, notre démocratie », organisée par Attac, et un appel à bonnes volontés pour renforcer l’équipe Attac TV.

     - Vidéos 15 janvier : La journée du 15 janvier a été filmée bénévolement dans son intégralité par Béatrice Turpin (un grand merci à elle). Le montage des interventions n’est pas intégralement terminé, mais vous pourrez d’ores et déjà trouver des vidéos sur le site d’Attac France et d’Attac TV :

    - La synthèse de la journée du 15 janvier ;

    - L’introduction par Aurélie Trouvé et Edwy Plénel ;

    - L’intégralité de la première Table ronde : La dette publique contre les peuples (7 interventions)

    - Une partie de la troisième Table ronde : Quels remèdes démocratiques à la crise européenne ? avec les interventions de Pierre KhalfaFrédéric Lordon et Philippe Corcuff.

    D’autres vidéos à venir dans le dossier « Leur dette, notre démocratie ».

    - Appel à bonnes volontés

     Dans la continuité de ce travail, nous souhaitons faire un appel aux bonnes volontés, vidéastes, journalistes, traducteurs, pour monter un pôle vidéo autour d’un projet d’une équipe Attac TV en France.

     Cette équipe dispose d’ores et déjà d’un site : http://www.attac.tv/fr/ gracieusement mis à disposition par l’équipe espagnole qui a lancé le projet Attac TV, avec l’ambition d’en faire un projet européen.

     Si vous souhaitez participer, envoyez un message à attactvfrance@gmail.com.

     L’équipe Attac TV

  • Aidons les acteurs publics locaux à sortir des « prêts toxiques »

    Cette tribune de Damien Millet et Patrick Saurin a été publiée par Le Monde sur son site internet le 30 janvier 2012, avec annonce du texte dans le supplément Eco.

    Les acteurs publics locaux (collectivités locales, établissements de santé et organismes de logement social) assurent plus de 70 % de l’investissement public en France, essentiellement grâce à des emprunts conséquents. À la fin juin 2011, l’encours de la dette des collectivités territoriales s’élevait à 153,7 milliards d’euros (soit un peu moins de 10 % du total de la dette publique française) et celui des établissements publics de santé était de 24 milliards d’euros en 2010. Quant au logement social, le total de ses dettes financières était estimé à 89,5 milliards d’euros à la fin de l’exercice 2008.

    Jusqu’à la fin des années 1990, les banques (essentiellement Dexia, les Caisses d’épargne et le Crédit agricole) proposaient surtout des prêts classiques à taux fixe ou à taux révisable. Mais, très vite, Dexia a construit un engrenage diabolique associant un financement et un produit dérivé spéculatif dans un seul et même contrat. Le principe est simple : les premières années, la banque propose un taux bonifié artificiellement bas, avant d’enchaîner sur une prise de risque inconsidérée par la suite. Par exemple, en novembre 2006, la mairie de Sassenage, près de Grenoble, a emprunté 4,47 millions d’euros auprès de Dexia au moyen d’un contrat fallacieusement dénommé « Tofix », dont le taux était de 3,57 % jusqu’en janvier 2009, puis dépendant des variations entre l’euro et le franc suisse jusqu’en janvier 2027, avant de redevenir fixe à 3,57 % jusqu’à son terme en janvier 2042.

    Avec de tels prêts dits « toxiques », la banque peut multiplier ses marges par 2 ou 3, voire davantage. L’opération est d’autant plus intéressante pour elle que l’emprunteur seul supporte le risque. Même les analystes de l’agence de notation FitchRatings, que l’on ne peut pas suspecter d’anticapitalisme primaire, faisaient en juillet 2008 le constat suivant : « les prêteurs ont donc réussi à imposer une situation paradoxale où, au lieu d’être rémunérés pour prendre un risque (de crédit) supplémentaire, ils l’ont été pour faire prendre un risque (de taux) à leurs clients. » |1

    La suite de ce texte sur le site du CADTM : http://www.cadtm.org/Aidons-les-acteurs-publics-locaux

  • Frédéric Lordon le 15 janvier (journée Médiapart et Attac)

    A défaut de pouvoir obtenir une réponse positive de Frédéric Lordon à notre université du soir, même au dernier trimestre de l'année, voici un lien pour visionner une vidéo de son intervention à la rencontre organisée par ATTAC et Médiapart le 15 janvier dernier.
     
     
     

  • 100 jours, ça commence le 27 janvier !

    Il y a cinq ans démarrait "100 jours". Une aventure qui a peu à peu tracé sa route (voir ci-dessous) en donnant un point de vue singulier sur la campagne présidentielles de 2007. En 2012, l'aventure continue (ou reprend, c'est selon). Nous vous donnons donc rendez-vous avec l'équipe de "Cent jours" à compter du 27 janvier (et jusqu'au 6 mai)

    100 jours.png

     

     

    Manifeste

    Cinq ans plus tard, le rituel des élections reprend son cours, les protagonistes sont identiques, la représentation spectaculaire et les enjeux confisqués.

    En 2007, nous avions réuni soixante réalisateurs et réalisatrices pour créer et diffuser 100 films les 100 jours précédant le deuxième tour des élections présidentielles. Cinq ans plus tard, nous décidons de renouveler l’expérience avec 100jours en 2012.
    Nous voulons réinventer ce projet politique, cinématographique et artistique. Nous voulons à nouveau créer collectivement et bénévolement.
    Et nous faisons le pari de mettre en œuvre un décalage : un autre rapport à l’individu, à l’esthétique, à l’actualité, un autre rapport à l’Autre, où notre système est un espace qui s’invente.
    Imaginer des rencontres, approcher des trajectoires, capturer des instants, considérer cette période comme un moment d’expérimentation, de création, d’ouverture des possibles, un moment pour prendre la parole, brutalement ou joyeusement, empli de colère ou d’espoir.
    En se projetant de la place du village à l’utopie bien nommée, nous affirmons par ce projet notre désir de saisir le présent.

    100jours c’est 100jours et 100nuits.
    Dans 100jours nous proposons à des auteurs et à des collectifs la réalisation de 100 films documentaires de 5 minutes. Nous imaginons ces films comme des créations singulières, des points de vue affirmés, des tentatives documentaires, des essais.
    Dans 100nuits d’autres expressions documentaires, sous différentes formes (photo, dessin, bande dessinée, son, texte…) seront produites par des auteurs invités.

    (la suite sur le site) : http://www.100jours.org/