Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Compte-rendu

  • Formation Tafta du 14 mars à Poitiers : le compte-rendu

    En fichier joint, les notes de Michel Varlet (du CCFD Terre Solidaire 86) sur la journée de formation Tafta du samedi 14 mars. Qu'il soit remercié pour son travail de synthèse.

    Cette journée organisée par le comité local contre le TAFTA/GMT a réuni 32 personnes (dont 9 personnes de l'agglo de La Rochelle !) de 10 h à 16 h dans les locaux de la FSU 86 avec la participation de Frédéric Viale de la commission OMC/TAFTA… d'Attac France. 

    CR Formation 14_03_2015.odt

  • Réunion du 5 juin du nouveau comité local Stop TAFTA

    Rapide compte-rendu du la réunion du 5 juin qui a réuni 11 personnes (dont 3 personnes à titre individuel) représentants, associations, syndicats et organisations politiques. 
    Etaient présent : Amis de la Terre, ATTAC Poitiers, EELV 86, Ensemble 86, France Amérique Latine Poitiers, FSU 86, PG 86.
     
    Un rapide tour de table a fait ressortir, chez chacunE des participants, la nécessité de se retrouver, de la manière la plus large possible pour informer, échanger, se mobiliser pour dénoncer les négociations en cours entre l'Union Européenne (avec le mandat de la commission) et les Etats-Unis.
    Les échanges ont aussi montré l'inquiétude devant, à la fois l'absence d'informations de la part des autorités publiques, (même si on peut la trouver) et aussi le caractère obscure, (le langage des "experts") des négociations en cours (mais chacun en mesure aussi le caractère dangereux). Une question posée : quels sont les intérêts des porteurs du TAFTA/GMT ?
     
    Informer : 
    d'abord, nous informer nous-mêmes, à partir des travaux de réflexion déjà existants (voir ci-dessous) et informer le "grand public".
    Comment ? 
    Prochain rendez-vous le mercredi 25 juin de 20 h à 22 h dans les locaux de la FSU 86. Nous avons prévu de présenter les éléments du dossier du Monde Diplomatique de juin 2014 comme base d'échanges. Par groupe de 2 ou 3, nous présenterons les aspects essentiels, dégagés par le Diplo dans ce dossier. Il est d'ailleurs disponible en aperçu (début des articles) sur le site : http://www.monde-diplomatique.fr/dossier/GMT
    ChacunE est donc chargé de présenter un article (5 mn) avec questions à la clé. De nécessaires prolongements devront avoir lieu pour approfondir la réflexion et les actions à mener.
     
    Vers le public, idées évoquées : déambulation (marché, rues piétonnes,…) panneaux d'expo, réunions locales sur l'agglo de Poitiers et au delà. La journée des Associations est aussi citée (14 septembre aux Arènes de Poitiers !) avec infos et actions possibles ce jour-là. Un contact avec Raoul Marc Jennar est en cours pour septembre-octobre (via une "tournée" possible avec les Amis du Diplo, comités Stop Tafta, dans la région).
     
     
    Communiqué de presse : l'idée est de diffuser un com. de presse, disponible le mercredi 25 juin pour annoncer la naissance officielle du comité local "Stop TAFTA". (en français GMT pour Grand Marché Transatlantique) sur la base de celui réalisé par le nouveau comité Stop TAFTA de Châtellerault 

  • OMC : un accord au profit des multinationales et des plus riches !

    Logo Attac.jpgTous les commentateurs saluent un accord historique qui aurait sauvé l'OMC et le multilatéralisme, tout en facilitant le commerce mondial au bénéfice des populations. A y regarder de plus près,le paquet de Bali va profiter aux multinationales, les pays pauvres devant se contenter de quelques promesses. Décryptage.

    La 9ème ministérielle de l'OMC à Bali (Indonésie) ne devait pas être une réunion de négociations. Le nouveau directeur général de l'OMC, Roberto Azevedo, souhaitait y arriver avec un accord finalisé que les ministres n'auraient eu qu'à valider. Aucun accord n'ayant été atteint lors de la dernière session de négociations à Genève, les négociations se sont poursuivies à Bali après un coup d'éclat médiatique d'Azevedo ayant déclaré que ce n'était ni plus ni moins que « l'avenir de l'OMC » qui était en jeu à Bali. Comportant une dizaine de textes portant sur trois sujets principaux, à savoir « la facilitation des échanges », « l'agriculture » et le « développement », le paquet de Bali ne porte que sur une petite partie de l'agenda du « cycle de développement » initié à Doha il y a 12 ans et jusqu'ici bloqué. En s'accordant sur le paquet de Bali, premier accord depuis la naissance de l'OMC en 1995, les pays membres de l'OMC, désormais au nombre de 160 depuis l'adhésion du Yémen, ont-ils ouvert une nouvelle expansion des politiques de libre-échange et d'investissement au sein de l'OMC que les importantes mobilisations de la société civile, notamment à Cancun en 2003, et les désaccords intervenus entre les pays membres, notamment sur l'agriculture, avaient jusqu'ici limité ?

    Psychodrames habituels !

    A chaque conférence internationale, son lot de psychodrames et conflits diplomatiques montés en épingle. A Bali, les négociations ont principalement achoppé sur deux points. Le premier concerne les politiques agricoles. Les pays industrialisés, les Etats-Unis en tête, se sont longtemps opposés à une proposition provenant du G33, un groupe de 46 pays « en développement », dont l'objectif annoncé visait à leur permettre de soutenir les paysans et leur agriculture, réduire les risques de famine et atteindre leurs objectifs du millénaire en termes d'alimentation. Dans le but d'assurer leur « sécurité alimentaire », ces pays, l'Inde en tête, exigeaient de pouvoir mettre en œuvre des politiques d'achats de stocks à prix administrés, de subventions agricoles et de mesures compensatoires qui sont très fortement limitées et sanctionnées par l'OMC lorsqu'elles dépassent certains seuils. Ces seuils étant fixés avantageusement en faveur des « pays développés », la proposition visait à obtenir un engagement de ces derniers à ne pas poursuivre les « pays en développement » et leurs politiques de « sécurité alimentaire » le temps que « soit trouvé une solution permanente ».

    La suite de cet article d'Attac France sur le blog d'Attac hébergé par Médiapart :

    http://blogs.mediapart.fr/blog/attac-france/071213/omc-un-accord-au-profit-des-multinationales-et-des-plus-riches

  • Fonderies du Poitou, 8e semaine de grève : solidarité avec les grévistes !

    A l’AG de la huitième semaine ce vendredi, nous avons reconduit le mouvement de grève pour lundi dans l’attente de garanties écrites de la part de l’administrateur judiciaire, Me Hélène Bourbouloux, nommée par le tribunal de commerce de Nanterre et que l’intersyndicale a rencontrée jeudi soir au restaurant de FDPA.

    1- L’intersyndicale a demandé la confirmation du retrait du plan de compétitivité. Me Bourbouloux nous a indiqué que le plan n’a plus lieu d’être donc nous lui avons demandé de l’écrire noir sur blanc.

    2- Nous demandons aussi le départ de Mrs. Dupont le directeur, Kerrad la RH et Defrétière chef d’atelier du moulage alu dont le personnel considère qu’ils n’ont plus leur place au sein de l’entreprise.

    3- Nous demandons aussi qu’aucunes sanctions pour faits de faits de grève ne puisse être mises en œuvre.

    4- Il faut des garanties sur l’emploi et les salaires, le paiement des heures de grèves sous quelques formes que ce soit (primes ou autres) mais qui permette aux grévistes depuis plus de sept semaines de pouvoir manger, payer nos échéances et repartir au boulot sans problèmes financiers dus à une grève que Montupet nous a imposé.

    5- Le maintien de notre prime de novembre et une solution pour le retrait sur la paye de l’avance des trois mois de mutuelle.

    Me Bourbouloux a “lancé un appel d’offre pour un repreneur dans l’espoir d’en avoir un d’ici à la mi-novembre”. Montupet envisagerait de remettre 500 000 € et plus tard 350 000 si besoin.

    L’intersyndicale sera reçue au ministère du Travail et de l’industrie lundi 24 octobre à 11 h 30. Le tribunal de commerce de Nanterre, le siège du groupe Montupet étant à Clichy (Hauts-de-Seine), a fixé jeudi la période d’observation à six mois.

    Lundi 24 octobre, rendez vous est fixé à 9 h 30 devant le CE.

    Les fondeurs en grève.

    Adressez vos dons au comité de soutien :

    CSSFPAL (Comité de Soutien aux Salariés de la Fonderie du Poitou Aluminium en Lutte)

    à  Comité d’Entreprise FONDERIE DU POITOU ALUMINIUM  Zone Industrielle de St Ustre 86 220 INGRANDES SUR VIENNE

  • Attac Châtellerault : réunion du 24 novembre 2010

    rubon1.jpgComité local de Châtellerault

    Ordre du jour : Films aux 400 coups, Vidéo surveillance, Demandes adressées à Attac  Châtellerault, A.G. Attac national

    I. Films aux 400 coups 

    Le film « Moi, la finance et le développement durable » de Jocelyne Lemaire-Darnaud est programmé aux 400 coups le jeudi 6 janvier. On est toujours à la recherche d’un intervenant. Le film « Severn, la voix de nos enfants » (sur la biodiversité) sera, quant à lui, projeté le lundi 13 décembre avec un débat animé par la confédération paysanne.

    II. Vidéo surveillance

    La vidéo surveillance est une pratique encouragée par la politique nationale, au point que les audits sont pré-financés ! Une réunion vient d’avoir lieu, le 15 novembre, entre le Collectif « La vidéo surveillance n’est pas une solution » et le maire de Châtellerault assisté de son chef de cabinet. Le maire a nié que l’achat des caméras est déjà « ficelé » avec Espace Risk Management (ERP, dont le président est J.C. Calvet). M. Abelin s’est dit d’accord pour transmettre aux élus les résultats de l’étude et pour rencontrer à nouveau le Collectif. Il semble qu’il commence, peut-être, à mesurer le véritable impact, notamment  financier, de cette pratique ?

    III. Demandes faites à Attac local

     1) Demande d’Attac Angoulême sur le projet Ligne à Grande Vitesse

     Au sujet du tronçon L.G.V. Tours-Bordeaux, le comité local Attac d’Angoulême propose une lutte des comités d’Attac des régions concernées : le financement en est scandaleux car il se répartit entre le privé (LISEA-VINCI) à hauteur de 29 % et le public (le réseau ferré de France, l’Etat, les collectivités territoriales) à hauteur de 71 %. Mais le privé récoltera la totalité des bénéfices (!) et ce sera la première privatisation d’une ligne T.G.V.

    Châtellerault serait concerné, mais aurait accepté le projet contre l’assurance de conserver ses dix arrêts journaliers,  pendant  10 ans renouvelables pendant les 50 ans de la concession. Il semble donc que la subvention ait déjà été votée. D’autre part, ce combat semble très lourd pour nous. On a évoqué la possibilité de solliciter Christine Béchaud, spécialiste de ces questions.

     2) Demande de Jean-François Dabilly

     Il n’a pas pu être présent à nos dernières réunions, mais il souhaiterait qu’Attac local, dans le cadre de l’éducation populaire organise une réunion publique sur le thème de la « Décroissance ». Il propose d’inviter un ceux qui la théorisent : Paul Ariès (fondateur du journal La Décroissance), Chesnay,… On en reparlera lors d’une prochaine réunion.

    IV. L’assemblée générale d’Attac national

    Elle s’est tenue le week-end dernier à l’université de Nanterre et a réuni environ 150 personnes le samedi et une centaine le dimanche. Elle était animée par les coprésidents : Thomas Coutrot et Aurélie Trouvé. Les votes sur les résolutions ont concerné 26 % membres de l’association. Le nombre de comités locaux serait actuellement de 160 à 170. Les débats ont porté sur :

    - Le mouvement social : « on a peut-être perdu la bataille des retraites, mais on a gagné celle des idées ». 

    - Le référendum proposé par Politis : il ne semble pas pertinent au niveau juridique car la loi sur le référendum n’est poa spromulguée et il faut attendre un an avant de remettre en cause une loi, mais il est politiquement important.

    - Intéressante intervention du président de la L.D.H., Jean-Pierre Dubois, sur la situation actuelle de la France, sur le glissement du politique vers l’économique et le sécuritaire dans notre pays ; seules la France et la Biélorussie ont pour régime une « Monarchie élective ». Seule la citoyenneté peut avoir une exigence de droits. Aussi, 49 organisations, dont Attac, ont lancé le « Pacte pour les droits et la citoyenneté  pour faire des propositions concrètes. Il faut renouer avec les questionnaires aux politiques et les débats citoyens.

    -  L’Europe : avec la crise, beaucoup de stratégies évoluent, il faut donc qu’Attac « re-planche » sur l’Europe, dès le premier semestre 2011.

    Les divers événements de 2011 :

    1) Le plus proche est le Forum Social Mondial de Dakar. Prévu du 6 au 11 février 2011, il pourrait rassembler  40.000 personnes. Deux nouvelles questions sont à mettre en avant : la place de l’Afrique dans la crise et la décolonisation toujours pas achevée. Il y a un projet de « caravanes » qui traverseraient l’Afrique, du centre et de l’ouest vers Dakar, avec des étapes au cours desquelles se tiendraient des forums sur différents thèmes, en rapport avec les lieux (ex : le thème des migrants, La place des femmes…) les différentes luttes seraient présentées. Les Attac d’Afrique appuyés par les Attac d’Europe sont très impliqués dans la préparation du FSM.

    2)  Le G 8 et le G 20.

    Le G 8 se tiendra à Deauville, début juin. Pour les préparatifs, il est question d’une grande manifestation, (à Caen ?) autour de slogans comme « Débarquons le G 8 »…

    Le G 20 se tiendra à Cannes, les 4 et 5 novembre, (à quelques mois des élections présidentielles !) sur les questions : finance, agriculture, développement, etc.

    Conclusion des deux journées de l’A.G. : Selon Thomas Coutrot, on est mûr pour repasser à l’offensive avec un projet alternatif sur les retraites. Idem au sujet de l’Europe. Selon Aurélie Trouvé, il faut relancer les adhésions, les réseaux militants d’Attac. En Allemagne, ils sont passés de 10 000 à 30 000 ! D’autant plus qu’Attac est conforté dans toutes ses analyses par la crise.

    Prochaine réunion du comité local : Mercredi 15 décembre 20 h, Maison des sports