Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Luttes sociales

  • Signez la pétition déposée par BNM79 auprès de l'Union Européenne

    Logo bassines.jpgAprès la manifestation de Saint Sauvant (vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=VSQNUZ5wnos), une nouvelle tâche nous attend. Nos amis de "Bassines Non Merci 79" ont déposé une plainte auprès de l'Union Européenne pour stopper le développement des bassines en général et en particulier en Poitou-Charentes.

    BNM 86 adhère à cette initiative et vous demande de signer cette pétition en copiant-collant ce lien, ci-dessous.

    Il faut bien entendu, ouvrir un compte.


    https://www.europarl.europa.eu/petitions/fr/petition/content/0095%252F2021/html/P%25C3%25A9tition-n%25C2%25BA%25C2%25A00095%252F2021%252C-pr%25C3%25A9sent%25C3%25A9e-par-Lucille%25C2%25A0Richard%252C-de-nationalit%25C3%25A9-fran%25C3%25A7aise%252C-accompagn%25C3%25A9e-de-45%25C2%25A0signatures%252C-au-nom-de-%25C2%25ABBassines-non-merci%25C2%25BB%252C-sur-des-r%25C3%25A9serves-suppl%25C3%25A9mentaires-pour-l%25E2%2580%2599irrigation-agricole-en-violation-de-la-directive-cadre-sur-l%25E2%2580%2599eau

  • Bassines : rendez-vous à Saint-Sauvant (86) dimanche 5 septembre

    2021BNM-5 septembre.jpgPendant l’été, l’actualité, ce sont aussi les « bassines » qui se profilent : La mobilisation est donc de nouveau à l’ordre du jour !

    Les Collectifs « Bassines Non Merci 86 » et « Bassines Non Merci 79 » nous invitent à participer à la manifestation festive qui aura lieu dimanche 5 septembre à St Sauvant, où devrait démarrer prochainement la construction d’une bassine de la Sèvre Niortaise. Le lieu d’implantation de la bassine est situé dans la Vienne mais dépend du bassin versant de cette rivière.

    Programme prévu pour la journée :

    A 12 h : pique-nique (à apporter par chacun.e)

    A 14 h : début de la Marche vers le lieu de la future bassine : il faut compter une heure et demie de marche. Les participant.es seront accompagné.es par Lili la géante de la Compagnie  « L’Homme Debout » … des percussions et aussi par des tracteurs de paysans, qui soutiennent ce combat. Voir l’affiche (version à finaliser). Apportez votre pigouille de 2,5 m à 3 m si vous en avez (500 seront fournies sur place !) : elles seront piquées dans le sol tout autour de la future bassine !

  • « Marche bleue, pour la paix de l’eau » vendredi 23 juillet à Mauzé sur le Mignon

    image002.jpg

    Le collectif citoyen « Bassines Non Merci » et l’ensemble des organisations qui le composent, organisent « La marche bleue, pour la paix de l’eau » vendredi 23 juillet à Mauzé sur le Mignon à partir de 18 h 30 et jusqu’à 23 h. (voir blog Attac 86 pour plus d’infos) Par ailleurs, un départ collectif est prévu à Poitiers : 

    - Rendez-vous pour covoiturage : en face du Poistoutvert, Parking AUCHAN Sud, à 200 m de l’entrée n°30 de l’A10 à 17h00.

    La marche bleue fait référence aux marches blanches, qui interviennent lors des évènements douloureux, une sorte de « marche blanche préventive », avant qu’il ne soit trop tard.

    La marche bleue est une marche pour « la Paix de l’eau » – tous sont les bienvenus, enfants, pêcheurs, nageurs, kayakistes, salariés dans les services de l’eau, techniciens, élus, paysans…

    Une marche pour la « paix de l’eau » pour faire reculer et annuler les travaux de construction des mégacratères d’eau, les bassines dont la coop de l’eau a fait paraitre sur son site qu’ils pourraient commencer dès le 2 Août sur la commune de Mauzé.

    Une marche pour ne pas que la situation dégénère et que certains aient à payer dans leur chair la défense d’un bien commun vital, l’eau.

    Une marche blanche est une marche silencieuse, pour le respect des morts.

    La marche bleue sera joyeuse et bruyante pour le respect des Vivants…

    En effet, à l’image de toutes les manifestations organisées par « Bassines Non Merci » , la part belle sera faite à la culture avec la présence de musiciens (fanfares, accordéon) et une « disco mobile » qui mènera le cortège.

    Pour toute information complémentaire, retrouvez toutes les infos du Collectif « Bassines Non Merci » sur : 
    Facebookhttps://www.facebook.com/bassine.nonmerci.5 
    Site Internethttps://bassinesnonmerci.fr/

    Egalement, BNM TV avec un épisode spécial « Appel à la Résistance » à partager le plus largement possible :
    https://www.youtube.com/watch?v=10EgsFF5Jr4

    No bassaran : Les bassines ne passeront pas !

  • Festival Raisons d'agir - Ruffin à Poitiers mardi 29 juin

    Soirée Ruffin.png- Mardi 29 juin, à Poitiers, deux moments exceptionnels de débat avec François Ruffin, autour des métiers du lien, des luttes des femmes, et de l'articulation entre luttes écologiques et luttes sociales. Initiative à laquelle ATTAC86 est associée.

    - A 17 h 45, au Cinéma Le Dietrich, 34 Boulevard Chasseigne, projection en avant-première de "DEBOUT LES FEMMES !"
    Un film de François Ruffin et Gilles Perret suivie d'un débat avec François Ruffin

    " Mais qui m’a mis cette tête de con ? " Ce n'est pas le grand amour entre le député En Marche ! Bruno Bonnell et l’insoumis François Ruffin. Et pourtant... C'est parti pour le premier "road-movie parlementaire" à la rencontre des femmes qui s’occupent de nos enfants, nos malades, nos personnes âgées. Ensemble, avec ces invisibles du soin et du lien, ils vont traverser confinement et couvre-feu, partager rires et larmes, colère et espoir. Ensemble, ils vont se bagarrer, des plateaux télés à la tribune de l’Hémicycle, pour que ces travailleuses soient enfin reconnues, dans leur statut, dans leurs revenus. Et s’il le faut, ils réinventeront l’Assemblée…

    - A 20 h 30, sous le préau transparent de l'ilot Tison, Conférence-débat organisée par Raisons d'agir,
    en partenariat avec Alternatiba Poitiers, ATTAC 86 et Greenpeace Poitiers :
    "FIN DU MONDE OU FIN DU MOIS ?" Sauver la planète en luttant contre les inégalités" Avec Benoit Coquard et François Ruffin

    Spécialiste des classes populaires et des mondes ruraux, Benoît Coquard fait partie de ces sociologues qui aiment le travail discret, méticuleux, attentif aux manières de penser et aux manières de vivre de ses « enquêtés ». Dans son livre Ceux qui restent, il montre comment on vit dans les campagnes en déclin, après le départ de ceux qui ont pris la route de l’exode urbain, après la fermeture de l’usine et la disparition du bistrot. Il donne à comprendre ce qui se joue dans la colère contre les élites et les ressorts d’un mouvement comme celui des Gilets jaunes.

    Fondateur et rédacteur en chef de Fakir, le « journal fâché avec tout le monde ou presque », reporter, documentariste et député de la Somme, François Ruffin est peut-être d’abord un porteur de paroles populaires, de la lutte des Whirpool à la défense des petits clubs de foot, de sa proposition de loi sur les maladies professionnelles aux films coréalisés avec Gilles Perret. Mais il est aussi un passeur entre le monde intellectuel et le monde militant. Dans ses derniers livres, Il est où le bonheur ? et Leur progrès et le nôtre, il s’attaque à l’illusion d’un consensus social autour des enjeux écologiques et sanitaires. Ceux qui contribuent le plus à la catastrophe en cours, ce sont d’abord les puissants, les actionnaires, ceux qui militent pour "la relance" sans condition et préparent déjà leur exil vers les zones tempérées de demain. Loin de s’y substituer, la crise écologique aiguise la lutte des classes, la renforce.

    Affiche ci-joint : affiche FrRuffin 29-06-21_V4.pdf

  • 12 juin : répondre à l’appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite

    Attac.pngPour les Comités locaux d’Attac, dans la droite ligne de nos combats passés, notamment contre la loi sécurité globale, cette mobilisation est particulièrement importante, et il s’agit d’être massivement présent·e·s dans la rue partout en France le 12 juin.

    Nous invitons les comités locaux à participer ou impulser localement des cadres unitaires et à mener campagne pour le 12 juin, qui doit être conçu comme une première étape indispensable dans une mobilisation qui en appelle d’autres.

    L’appel à mobilisation

    Publié sur le site appelpourleslibertes.com

    Quand des policiers, soutenus par le Ministre de l’Intérieur et d’autres personnalités politiques manifestent pour avoir tous les droits face à la justice,
    Quand le gouvernement fait voter une loi de Sécurité Globale et une loi contre le séparatisme qui s’attaquent aux libertés publiques et au droit d’informer,
    Quand les polémiques sur l’islamo-gauchisme saturent les débats politiques,
    Quand Gérald Darmanin estime que Marine Le Pen est « trop molle »,
    Quand le gouvernement dissout l’Observatoire de la laïcité et des associations qui lui déplaisent,
    Quand l’extrême droite la plus radicale multiplie les actions et les provocations,

    … C’est que les thématiques du Rassemblement National ont envahi tout l’espace et sont reprises au cœur même du gouvernement. Ils se retrouvent d’ailleurs également dans la défense des intérêts des plus riches, notamment en matière de fiscalité.
    Mais la diffusion des idées de l’extrême-droite. Les mouvements sociaux, syndicaux, citoyens, progressistes, doivent faire face tous ensemble à ces lourdes menaces.
    Le 12 juin, reprenons la rue face aux idées d’extrême-droite.
    Si on refuse que le Rassemblement National dicte l’agenda politique, c’est un travail de longue haleine qui nous attend : recréer des solidarités, combattre pour les alternatives, pour la justice sociale et écologique, lutter contre toutes les discriminations, pour nos libertés… C’est aussi dans la rue que ça se passe.

    Associations, médias et syndicats, soutenus par des partis politiques ont décidé d’organiser le samedi 12 juin une première grande journée nationale de manifestation et de mobilisations qui se déclinera localement.

    Les premiers signataires
    Syndicats : CGT, FSU, Union syndicale Solidaires, Syndicat des Avocats De France, Syndicat de la Magistrature, UNEF (Union nationale des Étudiants de France), UNL (Union nationale des Lycéens), Fidl, MNL (Mouvement national Lycéen), FSE (Fédération Syndicale Etudiante, l’Alternative, Confédération Paysanne, USP (Union Syndicale de la Psychiatrie), CNT-SO, CGT-Police, Résilience France, SNMPMI (Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile).
    Associations et collectifs : Attac, LDH, FCPE, Fondation Copernic, Oxfam, Alternatiba, Amis de la terre, Résilience commune, DAL, CNL (Confédération nationale du Logement), Comité justice pour ibo, Emancipation collective, Rencontre des justices, Coexister, CRAN, SOS Racisme, QNQF (Quartiers nord, Quartiers forts Marseille) , Observatoire National contre l’extrême droite, MRAP, association ViSA, Femmes égalité, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif féministe Les Rosies, Les effronté.e.s, JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) , AFPS, Conseil démocratique Kurde France, FTCR, CRLDHT, UTAC, France Amérique Latine, La Jeune Garde (Lyon, Strasbourg et Paris), Université Ouverte, Unis pour le climat et la biodiversité, collectif Police Contre la Prohibition, Youth For Climate, Changer de Cap, Compagnie Jolie Môme, Mémoire Traumatique et Victimologie, Héro.ïnes95, Union des Femmes Socialistes de Turquie, La Maison des Femmes de Montreuil, CNAJEP, les Francas.
    Médias : Regards, L’Humanité, Politis, Contretemps, Le Media, Blast
    Organisations politiques : Ensemble !, Génération.s, La France Insoumise, EELV, GDS, Nouveaux Démocrates, NPA, Place Publique, le Parti de Gauche, Nouvelle Donne, les jeunes écologistes, MJCF (Mouvement des Jeunes Communistes), UEC, PEPS, Jeunes Générations, Rassemblement Communiste, UCL (Union Communiste Libertaire), PCOF, MdP (Mouvement des progressistes).