Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CA d'Attac France

  • Déclaration du CA d'Attac suite aux évènements des 7, 9 et 11 janvier

    Logo Attac.jpgV​endredi 16 janvier, les instances d'Attac France (CA, fondateurs, Conseil scientifique) ont débattu de la situation créée par les récents attentats. ​Participaient également à cette réunion des militants d'associations actives dans les quartiers populaires, notamment du collectif Pas sans nous. Bien au delà et malgré l'indécente présence de dirigeants portant de lourdes responsabilités dans la situation de la France et du monde, la marche du 11 janvier ​a exprim​é une​ puissante volonté collective de revivifier et d'actualiser ​les valeurs de la République à la lumière des défis actuels. 
    ​Les manifestants ne défendaient pas seulement la liberté d'expression, ils portaient largement l'exigence de conjuguer liberté et égalité. 
    ​Car les événements ont aussi révélé ​l'ampleur des fractures au sein du peuple avec la montée inquiétante ​de l'antisémitisme et de l'islamophobie. 
    ​La relégation sociale et symbolique d'une fraction importante de la jeunesse des quartiers populaires s'est aggravée depuis les émeutes de 2005 y compris au sein du mouvement social. Il est dans la vocation d'Attac de contribuer à retisser des liens entre le mouvement associatif et syndical et les organisations et collectifs agissant dans les quartiers populaires. 
    ​La réunion du 16 janvier a débouché sur deux propositions : l'organisation à court terme d'une grande réunion publique dans une ville de banlieue (Saint Denis a été évoqué) avec notamment les organisations et réseaux actifs dans les quartiers populaires pour exiger ensemble l'égalité des droits. Et l​a préparation d'une initiative de débat approfondi entre les mouvements pour confronter les analyses et décider des suites. 

    Le CA d'Attac fera rapidement à ses partenaires des propositions en ce sens. 

    Attac France,  Paris, le 20 janvier 2015 

  • Le CA d’Attac France rend hommage à Rémi Fraisse

    Logo Attac.jpgLe Conseil d’administration d’Attac France s’est réuni comme prévu le samedi 8 novembre. De 14 h à 15 h, il a interrompu ses travaux et s’est rassemblé place de la Bastille, lieu de départ de la manifestation appelée par de nombreuses organisations politiques, syndicales et associatives pour l’arrêt du projet du Testet, et contre les violences d’État ayant causé la mort de Rémi Fraisse et de nombreux blessés.

    La veille, durant le Forum des alternatives du mouvement social à l’Assemblée Nationale, une minute de silence à la mémoire de Rémi Fraisse avait enfin pu être observée, en réponse au refus de Claude Bartolone, président de l’Assemblée, et de la plupart des députés de prendre part à la minute de silence proposée par Cécile Duflot lors de la séance du 4 novembre. Le Forum, réuni dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale à l’initiative du Collectif d’audit citoyen de la dette et des Économistes atterrés et à l’invitation de députés, a rassemblé plus de 300 participants pour une journée de débats sur les alternatives aux politiques néolibérales et productivistes.

    Déclaration du CA d'Attac le 8 novembre 2014

  • Déclaration du CA d'Attac France du 26 avril

    Logo Attac.jpgLe Conseil d'administration du 26 avril s'est tenu dans un contexte français marqué par un entre-deux élections, avec un redoublement des politiques d'austérité annoncées, une radicalisation à droite et à l'extrême droite. 
    Pour les semaines qui viennent nous poursuivons nos campagnes en les insérant dans 2 échéances particulières : 
    - celle des élections européennes pour lesquelles nous avons sorti du matériel (livre, brochure, questionnaire d'interpellation) et où de nombreuses initiatives publiques vont avoir lieu. 
    - celle des manifestations européennes (à l'appel des mouvements blockupy, agora 99..) de la semaine du 15 mai, avec la participation à l'encerclement du Business european summit à Bruxelles le 15 et la manifestation du 17 à Paris. 

    Dans ces échéances nous aurons à cœur de porter les thématiques : requins, celle contre le grand marché transatlantique (tafta), la TTF, le refus des politiques de la Troika, de l'extractivisme et la promotion des alternatives pour la transition écologique. 
    Ces thématiques ont guidé la rédaction de notre questionnaire aux candidat-e-s aux européennes, et la manifestation du 17 maidevrait regrouper divers organisations et associations porteuses de revendications sur leTafta, la souveraineté alimentaire, la lutte contre la spéculation foncière et l'austérité... 

    Nous sommes par ailleurs interpelés par divers forces ou courants d'idées dans ce contexte. Le CA avait décidé de participer à la manifestation du 12 avril, il a décidé de signer l'appel rédigé par la LDH et la Ligue de l'enseignement. Dans les deux cas, nous continuons à prendre part au débat d'idée sur les revendications et les moyens à mettre en œuvre, et de participer ponctuellement au regroupement de forces. 

    Le CA aura un débat en juin sur le contexte social et politique et précisera, après l'AG, les conditions de l'intervention de l'association. Nous avons déjà pour l'été deux préoccupations importante : la mobilisation de Notre Dame des Landes les 5 et 6 juillet et l'Université européenne des mouvements sociaux du 19 au 23 aout.
     

    Attac France, Paris, le 5 mai 2014

     
  • Déclaration d’Attac France sur la Syrie : C’est au peuple syrien, et à lui seul, de décider de son avenir

    Logo Attac.jpgEn Syrie,  les mobilisations contre le régime  de Bachar el Assad et l'insurrection armée qui s'est constituée face aux massacres commis par les forces du régime s'inscrivent d'évidence dans le mouvement général des mobilisations et insurrections qui se sont développées depuis près de trois ans dans le monde arabe. Attac France, aujourd'hui comme il y a trois ans, est du côté des mobilisations pour la défense des revendications démocratiques et sociales. Assad doit partir et son régime autoritaire, violent et prédateur doit tomber !

    Pour autant, ce soutien à l'opposition syrienne ne saurait être inconditionnel : dans un pays et une région où les tensions inter-religieuses et inter-communautaires sont fortes, Attac France se solidarise de toutes les actions visant à l'établissement d'une Syrie démocratique et pacifiée et à empêcher la domination du pays par une communauté, un parti ou un clan, susceptible d'accroître ces tensions.

    Devant les avancées de l'insurrection, le régime syrien multiplie les crimes de guerre et utilise des gaz de combat contre sa propre population. Ces crimes, et en particulier l'usage de ces gaz de combat, sont contraires au droit international et, comme tous les crimes de guerre commis en Syrie depuis deux ans et demi, ne peuvent rester sans conséquence : Assad et les responsables de ces crimes devront en répondre devant la justice, en Syrie comme sur le plan international.

    Pour tenter d'endiguer les progrès des forces d'opposition, le régime syrien a fait appel à ses alliés dans la région. Attac France rejette toutes les interventions étrangères ; c'est au peuple syrien et à lui seul de décider de son avenir. La menace d'une intervention armée des Etats-Unis et de la France n'a ainsi été justifiée que par la "nécessité de maintenir la crédibilité du camp occidental", après trois années de complaisance à l'égard du régime et des crimes de Bachar El Assad. Attac France refuse toute intervention d'un "camp occidental" déjà responsable des guerres meurtrières en Irak et en Afghanistan et dont les seules préoccupations ont toujours été la défense de ses intérêts économiques et géopolitiques. 

    Attac appuiera tous les efforts de convergence et de solidarité des collectifs syriens en France, de même que les initiatives concrètes de soutien au peuple syrien, et appelle ses comités locaux à exprimer leur solidarité[1] par tous les moyens à leur portée.

    [1] Par exemple, via le collectif du développement et du secours syrien (www.codssy.org)

    Attac France, Paris, le 13 septembre 2013

  • Tous sur le pont !

    Logo Attac.jpgDéclaration du Conseil d’administration d’Attac France - 31 août 2013

    Tous sur le pont !

    En Europe et dans le monde, la rentrée 2013 voit s’aggraver le creusement des inégalités sociales, la dégradation des écosystèmes, les remises en cause de la démocratie et les menaces de guerre.

    En France, comme dans la zone euro, les indicateurs économiques et sociaux sont au rouge : montée du chômage, de la précarité et de la pauvreté, déflation salariale, déséquilibres des comptes extérieurs et publics. Pour se conformer aux exigences du Traité budgétaire et satisfaire les exigences du Marché, le gouvernement a choisi de poursuivre une politique d’austérité, centrée sur la réduction du «  coût du travail »  au nom de la «compétitivité » et de la « croissance ». La transition écologique pourrait à la fois créer des activités nouvelles, alléger notre dépendance énergétique, réduire les inégalités sociales et ralentir le changement climatique ; mais elle se heurte à la domination intouchée des lobbies industriels et financiers. 

    La préparation de la loi de finances 2014 à l’automne 2013 dévoilera les choix du gouvernement. Les échéances électorales, municipales et européennes, l’amèneront-elles à réduire les doses d’austérité ? La pression maintenue du patronat et des marchés permet d’en douter. En tout état de cause c’est une véritable bifurcation qui serait nécessaire. Pour y contribuer, quatre campagnes rythmeront notre activité éducative et militante dans les mois à venir. Chacun.e peut y trouver une place. 

    1- La lutte pour les retraites

    Cette campagne revêt pour nous une double temporalité et un double sens : une réaction immédiate contre les propositions concrètes du gouvernement qui a repris à son compte l’allongement de la durée du travail par l’augmentation de la durée requise de cotisation ; un combat de longue haleine contre la logique de financiarisation des sociétés. Au cœur de nos propositions alternatives : la répartition des richesses, la baisse du temps de travail, la prospérité sans croissance. Cette campagne est étroitement liée à la suivante. 

    2- La campagne « À nous les banques ! » 

    Bercy et le lobby bancaire ont saboté la réforme bancaire, ont offert aux banques 50 milliards du Livret A, et veulent couler la taxe européenne sur les transactions financières. L’absence de lutte réelle contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux nourrit les déficits publics, prétextes aux politiques d’austérité. Les banques financent en toute opacité et irresponsabilité les grands projets inutiles, les projets extractivistes à grande échelle, les productions d’énergie polluantes (nucléaire, gaz de schistes). Pour montrer qu’on peut reprendre la main sur les banques nous choisirons des cibles précises en visant des résultats concrets.

    3- Contre le libre-échange et le pacte transatlantique

    Pendant que l’OMC peine à sortir de sa crise, les traités de libre-échange engageant la France dans le cadre de l’Union européenne se multiplient avec les pays du Sud, mais aussi avec ceux du Nord, Canada d’abord, et, dernier né, le projet de pacte transatlantique avec les États-Unis. En défense des règles sociales, écologiques et démocratiques, nous dénoncerons de façon argumentée ce projet concocté par les lobbies européens et états-uniens, et nous travaillerons à construire des coalitions citoyennes, en France, en Europe et transatlantiques pour obtenir l’arrêt de ces négociations. 

    4- Pour la transition écologique

    Alors que la chance d’une transition énergétique semble enterrée par les lobbies de l’énergie et des corps d’État, nous serons présents lors des temps forts des discussions et prises de décision  sur les gaz et huiles de schistes, la réforme du code minier, la fermeture de centrales nucléaires, la fiscalité écologique ou la « finance verte ». Nous participerons activement aux luttes contre les grands projets inutiles, tels Notre-Dame des Landes et la LGV Lyon-Turin.

    La France accueillera la conférence des Nations unies sur le climat en 2015 : nous refusons les pseudo solutions "de marché" et de manipulation technique de la planète à grande échelle (« géo-ingénierie »), et nous engageons dès maintenant une campagne visant à valoriser, amplifier et généraliser ces nombreuses initiatives locales qui répondent concrètement aux enjeux planétaires par la justice écologique et sociale. Un temps fort de cette campagne intervient dès le 6 octobre prochain à Bayonne, où nous serons nombreux à participer à l’initiative nationale Alternatiba! que nous co-organisons. 

    Attac entend ainsi contribuer à l’auto-défense de nos sociétés contre ces politiques néolibérales et productivistes qui sont le seul horizon de l’oligarchie politico-financière.

    Chers adhérent.e.s, sympathisant.e.s, citoyen.ne.s indigné.e.s, nous avons besoin de chacun.e d’entre vous pour contribuer à ces campagnes, selon les modalités qui lui conviennent. 

    Adhérer, c’est déjà agir !