Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecologie

  • Après les député·e·s, les sénateurs et sénatrices manquent de vision et de courage en votant pour le retour des « insecticides tueurs d’abeilles »

    Après les député·e·s, les sénateurs et sénatrices manquent de vision et de courage en votant pour le retour des « insecticides tueurs d’abeilles »

    Après les député·e·s, le Sénat vient de donner son feu vert à la réautorisation des néonicotinoïdes après un débat des plus clivants. Malgré l’opposition déterminée de nombreux sénateurs et sénatrices, une majorité (à 56 voix) a décidé d’entériner une décision qui met à mal la biodiversité dans un état déjà catastrophique et la durabilité de nos pratiques agricoles. Face à ce recul historique, nos organisations alertent les pouvoirs publics : elles n’en resteront pas là et se battront pour la biodiversité, la santé humaine et un avenir agricole durable.

    Com Néonico.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La soirée aura été marquée par un rebondissement notable : l’adoption à une voix près par scrutin public de 3 amendements de suppression de l’article 1er réautorisant les néonicotinoïdes, suite à l’erreur d’un groupe politique. In fine, en fin de soirée, après un nouveau vote demandé par Julien Denormandie, le Sénat a adopté comme attendu à une majorité le retour des néonicotinoïdes. Les élus de droite et du centre ont majoritairement voté en faveur de cette loi qui enterre les lois votées en 2016 (loi biodiversité) et 2018 (loi agriculture et alimentation issue des EGA) instaurant pourtant l’interdiction des néonicotinoïdes (ainsi que toutes les substances ayant le même mode d’action).

    La loi sera promulguée probablement d’ici novembre, laissant le temps aux semenciers d’enrober leurs graines de ces poisons systémiques. Nos organisations ont démontré qu’il existait d’autres voies que celle de céder aux sirènes alarmistes de certains représentants de producteurs de betteraves. Nous n’avons eu de cesse d’argumenter sur le fait que le retour de ces insecticides se faisait sur le lit de trop nombreuses contre-vérités. Nous n’avons eu de cesse de rappeler que la jaunisse était le bouc émissaire d’une filière betterave en mauvaise santé économique depuis 2017, que cette réautorisation était le résultat d’un lobby intense auprès des pouvoirs publics depuis la promulgation de la loi biodiversité.

    Le retour de ces insecticides néfastes aura des conséquences qui seront désastreuses pour notre environnement et pour le monde agricole. Ce retour est une atteinte au principe directeur de non-régression du droit de l’environnement dont le Conseil constitutionnel a déjà fait application. Et rappelons que ces substances chimiques, utilisées pour enrober les semences de betteraves à sucre, sont également dangereuses pour la santé.

    Nous ne pouvons accepter un tel choix qui va à rebours de l’histoire et participe à accroître la défiance des citoyens vis-à-vis des politiques. C’est pourquoi nous ne comptons pas en rester là. Nos organisations continueront de se mobiliser par tous les moyens pour empêcher un tel échec.

    Communiqué du 28 octobre 2020.

    Organisations signataires :

    • > Agir pour l’environnement
    • > AMLP
    • > Attac France
    • > Combat Monsanto
    • > Confédération paysanne
    • > Fondation Nicolas Hulot
    • > Foodwatch France
    • > France Nature Environnement
    • > Générations Futures
    • > Ingénieurs sans Frontière, Groupe Agriculture et souveraineté alimentaire
    • > Justice Pesticides
    • > Les Amis de la Terre
    • > Pollinis
    • > Réseau Environnement Santé
    • > Syndicat national d’apiculture
    • > Terre & Humanisme
    • > Terre d’Abeilles
    • > Union nationale de l’apiculture française
    • > WECF France
    • > Miramap
    • > Mouvement de l’Agriculture BioDynamique
    • > Syndicat des Apiculteurs d’Occitanie
    • > UFC - Que choisir
  • Manif réussie à Epannes dimanche 11 octobre

    UNADJUSTEDNONRAW_thumb_34e3.jpgBeaucoup de monde à Epannes dans les Deux-Sèvres dimanche 11 octobre pour la manifes-action contre le projet de bassines prévues en 2021…

    Alors, 3 000, 3 500 personnes présentes sur place ? Une certitude : beaucoup de monde, de diversité dans les âges, les pancartes, les drapeaux et fanions divers, de la musique, du théâtre de rue et le géant animé « L’homme debout ».

    Des personnalités politiques aussi : J. Bové, Y. Jadot, J. L. Mélenchon, P. Poutou, chacun avec sa personnalité et sa manière d’entrée sur ce sujet essentiel : la protection et la défense de l’eau comme bien commun inaliénable de l’humanité qui doit sortir de la marchandisation.

    Quelques photos sur ce blog dans l'album photos ci-contre.

  • Rendez-vous dimanche 11 octobre à Epannes (79)

    Logo Bassines 86.pngMobilisation « Bassines » dimanche 11 octobre 2020 à Epannes dans le marais poitevin en Deux-Sèvres :
    Un départ collectif en covoiturage se prépare au départ de Poitiers : deux rendez-vous de covoiturage ont été fixés :
    RDV devant la biocoop d’Auchan Sud :
    – le premier à 11 h 15 pour participer au pique-nique sur place,
    – le second à 12 h 45 pour rejoindre la manifestation.

     

  • APPEL A MOBILISATION : REJETONS LE PROJET DE FERME-USINE DES 1200 TAURILLONS !

    Aspect.jpgConsultation du public à la mairie de Coussay-les-Bois sur les capacités techniques et financières du porteur de projet du 11 juin au 1er juillet.

    Voici quelques-uns des arguments justifiant le rejet de ce projet :
    - Pollution de la nappe phréatique (fondations perforant la couche d’argile)
    - Manque d’investissement pour la bonne gestion des effluents d’élevage
    - Proximité immédiate de la décharge (site déjà pollué)
    - Projet industriel et non agricole
    - Le chiffre de 1200 bovins sera dépassé pour des raisons de rentabilité
    - Absence de compétence pour la méthanisation
    - Pas de locaux prévus pour le personnel, le vétérinaire ni pour l’indispensable mise en quarantaine et/ou le stockage des animaux morts.

    Nous avons là l’opportunité d’empêcher le projet de devenir réalité, profitons-en ! Une participation massive aura un impact fort sur la décision de la préfecture.

    Déposez vos observations sur le registre à la mairie de Coussay-les-Bois ou par courrier : Mairie, 7 rue de l’Eglise, 86270 Coussay-les-Bois

    ou sur le site de la Préfecture : pref-enquetes-publiques@vienne.gouv.fr

    - Informez-vous sur nos sites : http://asso-aspect.over-blog.com et www.collectifcoussay.fr

     

    Consultez le dépliant : dépliant consultation 11-6-2020.pdf

  • Action proposée par Combat Monsanto contre les « OGM cachés »

    Attac.pngAttac a décidé de soutenir une action organisée par Combat Monsanto contre les "OGM cachés". Le principe est de mener des actions d’étiquetage des produits contenant des "OGM cachés" dans les grandes surfaces afin d’avertir les consommateurs et d’interpeller le gouvernement. Les comités locaux qui le souhaitent peuvent se joindre à cette initiative.

    Des plantes OGM, principalement du tournesol et du colza, et plus marginalement des endives et du maïs, rendues tolérantes à des herbicides, sont cultivées en France depuis plusieurs années ! Pourtant, la loi française interdit la culture commerciale d’OGM en plein champ depuis 2008 et la réglementation européenne impose un cadre d’évaluation de ces plantes génétiquement modifiées très strict. Ces règles imposent aussi l’étiquetage obligatoire des produits qui en contiennent pour avertir les consommateurs, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui !
    Alors que l’utilisation des pesticides augmente encore en France, il est intolérable que le gouvernement n’applique pas les règles françaises et européennes sur des OGM qui favorisent l’usage d’herbicides !
    Combat Monsanto et ses partenaires ont décidé de passer à l’action désobéissante avec votre participation pour faire interdire ces "OGM cachés" ! Ni dans nos champs, ni dans nos assiettes !

    Afin d’indiquer aux consommateurs où sont cachés les OGM dans nos rayons de supermarchés, vous pouvez organiser une action d’étiquetage des produits contenant des OGM. Un kit de mobilisation est mis à votre disposition : il contient les visuels des autocollants « contient des OGM cachés ? », une liste des produits à étiqueter, des informations sur l’action : https://www.combat-monsanto.org/images/pdf/mob-OGM_caches/Kit_de_mobilisation_OGM_caches.pdf

    Des stickers à coller seront transmis aux groupes constitués qui se signaleront via ce formulaire : https://framaforms.org/je-souhaite-organiser-laction-detiquetage-des-ogm-caches-1573574761

    Retrouvez toutes les informations détaillées sur l’action sur cette page : https://www.combat-monsanto.org/les-resistances/l-actu-des-resistants/1034-action-etiquetons-les-ogm-caches