Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mondialisation

  • Bolivie : quelle présidence pour Luis Arce ? Visio-conférence des AMD avec Christophe Ventura

    gkk8h.jpeg

    VISIO-CONFÉRENCE

    Bolivie : quelle présidence pour Luis Arce ?

    Lundi 7 décembre à 18 heures

    Pour la 3e édition des Cafés-Diplo, le Jeu de l’Oie, en partenariat avec les Amis du Monde diplomatique, reçoit Christophe Ventura, directeur de recherche à l’IRISet spécialiste de l’Amérique latine, pour échanger autour des perspectives politiques de la nouvelle présidence de Luis Arce.

    En novembre 2019, Evo Morales, qui briguait alors un quatrième mandat à la présidence de la Bolivie, est poussé à la démission après des manifestations contestant les résultats de l’élection présidentielle bolivienne. Jeanine Áñez prend alors la présidence par intérim du pays, dans l’attente des élections générales, reportées à plusieurs reprises à cause de la pandémie de Covid-19. A la suite d’une année mouvementée, le MAS (Mouvement vers le socialisme) revient au pouvoir à travers le successeur politique et fidèle d’Evo Morales, Luis Arce, largement élu à la présidence de l’Etat plurinational de Bolivie, le 18 octobre dernier. Quelles perspectives pour cette présidence après une année de rupture ? Quel avenir pour le parti de Morales et Arce ? Christophe Ventura nous apportera notamment son analyse de la situation politique de la Bolivie afin de nous éclairer sur l’avenir du pays.

    On vous attend nombreux à partir de 18 heures

     https://us02web.zoom.us/j/89115332720

    (ou https://us02web.zoom.us/wc/join/89115332720 si vous ne voulez pas installer l’application Zoom).

  • [Note] Amazon, Cdiscount, eBay, Wish… Fraude massive à la TVA sur les places de marché des acteurs du e-commerce

    Attac Note-ecommerce.jpgUne note d’Attac sur ces milliards qui échappent aux finances publiques et alimentent une concurrence déloyale.

    Alors que les confinements ont permis aux géants du commerce en ligne et à leurs marketplaces de voir leur chiffre d’affaires exploser, ces grandes entreprises (dont Amazon, Cdiscount, eBay ou encore Wish) sont accusées de profiter de fraudes massives à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

    Dans une note publiée jeudi 3 décembre, veille de Black Friday, Attac révèle l’ampleur de cette fraude et s’applique à rendre visible ses mécanismes.

    Fin 2019, l’Inspection générale des Finances (IGF), tirait la sonnette d’alarme dans un rapport, estimant que 98 % des vendeurs étrangers actifs contrôlés sur les plateformes de e-commerce n’étaient pas immatriculés à la TVA en France et ne reversaient donc pas la taxe due à l’État. En effet, au sein de ces interfaces de vente, acteurs du e-commerce et vendeurs inscrits sur leurs places de marché (notamment ceux basés hors de l’Union européenne) se renvoient la responsabilité à propos de la facturation et de la collecte de cette taxe, qui au final ne sont que marginalement ou pas effectuées.

    Les législations censées mettre fin à ces abus peinent aujourd’hui à convaincre de leur efficacité. Surtout, l’ampleur de la fraude n’a pas été précisément évaluée, alors qu’elle implique, au-delà de pertes fiscales évidemment importantes, une forte distorsion de la concurrence : les sociétés ne payant pas la TVA bénéficient d’un avantage de prix de 20 % (au taux normal de TVA) par rapport aux entreprises qui remplissent leurs obligations fiscales. Attac s’est donc penchée sur le sujet, dans la suite du rapport publié en 2019 sur l’impunité sociale, environnementale, et fiscale, d’Amazon.

    La suite sur le site d'Attac : https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports/article/annexe-methodologique-de-la-note-amazon-cdiscount-ebay-wish-fraude-massive-a-la

  • VISIO-CONFÉRENCE des AMD 31 : La dette, où va-t-on ?

    La dette.jpeg

     

    VISIO-CONFÉRENCE

    La dette, où va-t-on ?

    Le mardi 10 novembre à 18 heures,

    les Amis du Monde diplomatique de Toulouse vous invitent à une visioconférence suivie d’un débat sur « La Dette » avec Renaud Lambert et Éric Toussaint.

     

    Renaud Lambert est journaliste et rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique, il a coordonné le numéro de Manière de Voir « Faut-il payer la dette ? » - n°173, octobre-novembre 2020.

    Éric Toussaint est historien, il est le porte-parole du CADTM (Comité pour l’Abolition des Dettes Illégitimes), il a participé en particulier aux travaux de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque.

    Avec nos intervenants, nous verrons comment les institutions financières internationales associées à la libéralisation des marchés financiers ont contribué à faire supporter par les États les charges d’un endettement qui n’est pas toujours légitime.

    Dans le contexte de la crise du Covid, nous évoquerons enfin l’apparition de « l’argent magique » et de ses conséquences à venir...

    Pour participer, connectez-vous sur : https://us02web.zoom.us/j/6670697544

    ou directement dans votre navigateur (sans installer l’application Zoom) : https://us02web.zoom.us/wc/join/6670697544

  • Interpellez Emmanuel Macron et le gouvernement pour exiger l'abandon de l'accord UE-Mercosur !

    Stop Ceta.jpg

     

     

     

     

     

    La Commission et les gouvernements de l'UE essaient de sauver l'Accord UE-Mercosur

     

    Interpellons Emmanuel Macron et le gouvernement

     

    Je Participe et j'écris à Emmanuel Macron !

    Emmanuel Macron a affirmé le 29 juin : « sur le Mercosur, j’ai stoppé net les négociations ». Pourtant, les discussions se poursuivent entre les décideurs européens et le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay afin de ne pas renoncer à cet accord de libre-échange, largement rejeté par l’opinion publique, et qui fait peser de lourdes menaces écologiques, sociales, sanitaires et démocratiques.
     
    Les organisations de la société civile européenne et du Mercosur organisent une « semaine de pression » du 2 au 9 novembre pour exiger l’abandon pur et simple de ce projet d’accord et affirmer que de simples modifications cosmétiques ne sauraient être acceptées : le temps est venu de revoir en profondeur la politique commerciale européenne (voir le kit de mobilisation est ici).
     
     
  • "Allô Bercy", le premier chapitre du Vrai bilan du CAC40

    Allô Bercy, le premier chapitre du Vrai bilan du CAC40, édition 2020  (info du site Bastahttps://www.bastamag.net/  Cette publication a été réalisée en collaboration avec "l’Observatoire de la mondialisation » : https://multinationales.org/ )
     
    Si vous l'aviez manqué et pour vous faire patienter jusqu'à la parution complète du rapport Le vrai bilan du CAC 40, édition 2020, voici le premier chapitre, Allô Bercy ? Aides publiques : les corona-profiteurs du CAC40. (16 pages en PDF, ci-dessous) Un travail de longue haleine qui a commencé en avril avec les signalements de Maxime Combes sur Twitter et qui a abouti à la publication d'un rapport de 16 pages, #AlloBercy, la semaine dernière.