Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agriculture paysanne

  • Fête des "Cueilleurs de biodiversité" dimanche 27 septembre 2020

     
    « Cultivons la Biodiversité en Poitou-Charentes » (CBD) organise dimanche 27 septembre 2020 la Fête des Cueilleurs de biodiversité à la ferme de la Croix Blanche à Saint-Gervais-les-trois-Clochers. Cette ferme pratique l’élevage de volailles fermières en bio.

    Renseignements et programme complet sur le site de « Cultivons la Biodiversité en Poitou-Charentes » :  www.cbdbiodiversite.org
    Contact : Elodie Hélion : cbd.pc@orange.fr - Tél : 06 59 23 93 66

     

    2020_FlyerRV_FDC.jpg

     

     

    2020_FlyerRV_FDC.jpg

  • Communiqué de presse Pique-nique STOP BASSINES

    Logo bassines.jpgCommuniqué de presse du "Collectif local contre les bassines" appelant au pique-nique du dimanche 23 août, sur l'ilot Tison à Poitiers :

    Communiqué de presse Pique-nique STOP BASSINES.pdf

  • Défendons l'Eau qui est notre bien commun !

    Logo bassines.jpgLe projet délirant de 41 bassines dans le bassin du Clain avance lentement mais sûrement. Projet entouré de nombreux scandales : l'eau sera puisée en hiver dans les nappes souterraines au moment où celles-ci se rechargent ; ce projet privé sera financé à 70 % avec notre argent ; ce projet bénéficiera à 4 % des agriculteurs... Une irrigation pour arroser avant tout un maïs qui est une plante tropicale ; une irrigation forcenée alors que tout le monde parle de réchauffement climatique, d'économie d'eau, de changement de modèle agricole...

    Nous vous invitons à un pique-nique STOP BASSINES le dimanche 23 Août à l'îlot TISON à Poitiers à partir de 13H.

    CLIP (45 secondes) à diffuser sans modération : Eau voleur 

    https://vimeo.com/446279577

     Défendons l'Eau qui est notre bien commun !

  • APPEL A MOBILISATION : REJETONS LE PROJET DE FERME-USINE DES 1200 TAURILLONS !

    Aspect.jpgConsultation du public à la mairie de Coussay-les-Bois sur les capacités techniques et financières du porteur de projet du 11 juin au 1er juillet.

    Voici quelques-uns des arguments justifiant le rejet de ce projet :
    - Pollution de la nappe phréatique (fondations perforant la couche d’argile)
    - Manque d’investissement pour la bonne gestion des effluents d’élevage
    - Proximité immédiate de la décharge (site déjà pollué)
    - Projet industriel et non agricole
    - Le chiffre de 1200 bovins sera dépassé pour des raisons de rentabilité
    - Absence de compétence pour la méthanisation
    - Pas de locaux prévus pour le personnel, le vétérinaire ni pour l’indispensable mise en quarantaine et/ou le stockage des animaux morts.

    Nous avons là l’opportunité d’empêcher le projet de devenir réalité, profitons-en ! Une participation massive aura un impact fort sur la décision de la préfecture.

    Déposez vos observations sur le registre à la mairie de Coussay-les-Bois ou par courrier : Mairie, 7 rue de l’Eglise, 86270 Coussay-les-Bois

    ou sur le site de la Préfecture : pref-enquetes-publiques@vienne.gouv.fr

    - Informez-vous sur nos sites : http://asso-aspect.over-blog.com et www.collectifcoussay.fr

     

    Consultez le dépliant : dépliant consultation 11-6-2020.pdf

  • Pour stopper l'hémorragie et inverser la courbe, installons vite !

    Conf. Paysanne.png

     

     

     

     

    Pour stopper l'hémorragie et inverser la courbe, installons vite !

    La Confédération paysanne salue l'adoption de l'avis du CESE « Entre transmettre et s'installer, l'avenir de l'agriculture ! » dont elle partage les constats et les principales préconisations.

    Les premiers de ces constats sont vertigineux : 56 000 paysan.ne.s ont disparu ces 10 dernières années, 200 000 vont partir à la retraite d'ici 2026, dont les deux tiers pensent ne pas pouvoir transmettre leur ferme. Un quart des fermes risquent de disparaître dans les 5 ans à venir.

    La Confédération paysanne rappelle que cette tendance perdurera tant que le problème du revenu paysan ne sera pas traité concrètement par une réorientation massive des aides PAC, la fin des accords de libre-échange, la maîtrise et la répartition des volumes de production.

    Parmi les nombreuses préconisations de l'avis du CESE, nous soutenons en particulier :

    • l'adoption d'une loi foncière ambitieuse pour mettre fin au verrouillage foncier
    • l'accès à la formation très en amont de l'installation, dès la phase d'émergence du projet : trop de candidats jettent l'éponge faute d'un accompagnement adapté. Le désengagement de Vivea et la réforme de la formation professionnelle aggravent ce problème en multipliant les obstacles pour accéder à la formation durant la phase d'émergence
    • la revalorisation immédiate des retraites agricoles à au moins 85% du SMIC
    • le remplacement de la Dotation Jeune Agriculteur par une Dotation Nouvel Agriculteur, accessible jusqu'à 50 ans

    Nous avons plus que jamais besoins de paysan.ne.s nombreux.euses pour relever les défis climatiques, environnementaux, sociaux et de souveraineté alimentaire. Il faut stopper l'hémorragie et inverser la courbe tout de suite ! Nous voulons 1 million de paysannes et de paysans demain. Les candidats sont là, il faut se donner les moyens de les soutenir et les accompagner !

    Contacts :

    - Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne : 06 07 55 29 09

    - Véronique Marchesseau, secrétaire générale : 06 98 53 76 46

    - Roberto Limentani, chargé de communication : 06 95 29 80 78