Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Action et soutien

  • Confédération Paysanne : 30 ans !!!

    Du 18 au 20 août à Alloue, la Conf’ fêtera ses 30 ans : débats, concerts...

    Née en 1987 de la fusion de la FNSP et de la CNSTP, la Confédération paysanne fêtera cette année ses 30 ans. Pour célébrer les luttes passées et à venir, la Confédération paysanne organise une grande fête populaire à Alloue en Charente : plus de 30 débats seront organisés pendant 3 jours. Une restauration paysanne et un marché de producteurs sont prévus sur place.

    Plusieurs concerts seront également proposés : Marie Coutant, Treizeur du Mat, Zoufris Maracas, HK & les Saltimbanks ou encore Gauvain Sers.

    L'ensemble de l’événement est à prix libre et un camping est prévu sur le site. Vous pourrez trouver plus d'informations sur le site de l'événement : http://30ansdelaconf.fr

    30 ans 1.jpeg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    30 ans 2.jpeg

     

  • À nos ami·e·s qui pensent qu’Emmanuel Macron n’est pas le président des banques et de la finance

    Au lendemain du second tour de l’élection certain·e·s ont reproché à Attac d’avoir qualifié Emmanuel Macron de « dernier avatar du néolibéralisme » et « d’ami de la finance, des banques et des multinationales ». En mettant la France en marche vers l’austérité, en enterrant la taxe européenne sur les transactions financières et en déroulant le tapis rouge aux plus riches et aux traders de la City, le nouveau président vient de lever le peu de doute qui subsistait sur son vrai visage.

    Deux poids, deux mesures ! C’est comme cela que l’on pourrait qualifier les dernières annonces du gouvernement « ni de gauche, ni de droite » d’Emmanuel Macron.
    D’un côté, il accélère sa marche vers l’austérité avec la loi « Travail » XXL, la hausse de la CSG ainsi que la suppression annoncée de 125 000 postes, le gel du point d’indice et la réintroduction du jour de carence pour les fonctionnaires. « En même temps », selon son expression favorite, Emmanuel Macron déroule le tapis rouge aux banques et à la finance.
    En décidant d’enterrer l’accord négocié depuis cinq ans pour la création d’une taxe européenne sur les transactions financières (TTF), bête noire de banquiers, Emmanuel Macron s’engage sur la voie d’une double régression. D’abord, il prive l’Union Européenne d’une mesure qui pourrait rapporter jusqu’à 35 milliards d’euros par an et piétine les engagements pris par la France lors de la COP 21 en matière de financement de la transition écologique et de soutien aux populations pauvres de la planète.
    Ensuite, le président Macron veut profiter du Brexit pour attirer les banquiers et les traders de la City en annonçant l’abandon de la TTF européenne, la « simplification » de la fiscalité et la suppression de la taxe sur les hauts salaires. En même temps, Il rabote la TTF française qui ne taxera pas les transactions financières intra-journalières, mesure pourtant nécessaire pour stopper le « trading à haute fréquence », qui fait peser une menace croissante sur la stabilité des marchés. Alors que le spectre d’une nouvelle crise financière est sur toutes les lèvres, Emmanuel Macron commet une grave erreur en donnant la priorité aux intérêts du monde de la finance sur la lutte contre la spéculation.
    Et les cadeaux du nouveau président à ses amis, et anciens collègues ne s’arrêtent pas là, avec le plafonnement forfaitaire à 30 % sur les revenus de l’épargne ou la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ainsi, selon une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiées le 12 juillet 2017, les 10 % les plus riches vont concentrer « 46 % des gains des mesures fiscales à destination des ménages » prévues par le gouvernement [1].
    En fin de compte, dans la nouvelle France dessinée par Emmanuel Macron, il vaut mieux être banquier et riche, sinon on n’est « rien » !

    [1] http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/pbrief/2017/pbrief25.pdf

    Relayez cette lettre ouverte autour de vous !

    Attac.jpg

  • Confédération paysanne de la Vienne : 30 ans, ça se fête !

    La journée festive de dimanche 18 juin à Persac, ce sera à la fois un évènement sur le thème de l'agriculture paysanne ces 30 dernières années qui permettra de mieux comprendre l'histoire de la Conf en Vienne, mais aussi et surtout de rencontrer des paysan.nes du territoire dans la convivialité (repas, musique, humoriste...).

    Les ateliers de l'après-midi traiteront de thématiques qui touchent paysan.nes, citoyen.nes, consommateur.ices...

    - L'accès au foncier à l'installation

    - Les différents modèles d'agricultures (industrielle, paysanne, biologique, durable...)

    - Le lien entre agriculture et alimentation, les circuits-courts et initiatives paysannes locales (magasin de producteur, atelier collectif, restauration collective, AMAP...)

    - Le métier de paysan.ne, un projet de vie ? Lien entre temps de travail, vie personnelle et temps libre, engagement militant...

    Flyer-conf_VF.pdf

  • Alternatiba à Poitiers les 23 et 24 septembre : ça avance !

    Alternatiba.jpegQuelques éléments du projet aujourd'hui : plus de 120 associations ou structures seront effectivement présentes pendant le village des alternatives. Il faudrait, pour aider, 100 bénévoles.
    Lors de la dernière rencontre avec un des services de la mairie nous avons été surpris-es de constater que l'implication proposée par la Mairie était largement en-dessous de l’enthousiasme et des engagements oraux pris au mois de décembre et ne permettent pas en l'état la tenue d'Alternatiba Poitiers dans des conditions correctes. Nous avons donc décidé d'écrire directement à Monsieur le Maire : nous avons demandé un rendez-vous urgent il y a déjà 15 jours. Nous savons que la mairie et Grand Poitiers, comme d'autres agglomérations comme Limoges ou Bordeaux, peuvent s'engager fortement dans le défi climatique et soutenir le projet Alternatiba Poitiers que nous préparons ensemble avec un investissement et un engouement importants.

    Les différents quartiers et les commissions transversales comme la communication, la restauration, la logistique, .. ont pu rendre compte au groupe organisation des besoins matériels et humains, qui sont clairement listés. Un pré-programme est en cours de rédaction.
    N'hésitez pas à prendre contact avec nous si besoin pour plus d'informations, pour rejoindre tel ou tel quartier ou commission, ou encore pour nous aider à impliquer largement Grand Poitiers dans notre démarche citoyenne.

    La prochaine réunion publique aura lieu le mardi 13 juin au CRIJ entre 19h 15 et 21h 15. Ce sera aussi la limite pour inscrire une association ou une structure pour une présence au village des alternatives.
    Nous vous remercions par avance de votre participation au financement participatif  de "j'adopte un projet" que nous avons lancé. Merci d'en parler à vos amis, vos connaissances, vos partenaires, vos réseaux. Nous avons récolté en 12 jours 769/3500 euros (défi à réaliser avant le 31 juillet). Si vous avez le coup de cœur pour ce projet de village des alternatives, rendez-vous sur la page:

    http://jadopteunprojet.com/decouvrez-les-projets/detail/alternatiba-poitiers

  • Nous avons trouvé 200 milliards nécessaires à la transition sociale et écologique

    Logo Attac.jpgCe mardi 28 mars, l’association Attac publie un rapport intitulé « Rendez l’argent ! » dans lequel elle montre qu’il est possible de récupérer chaque année plus de 200 milliards d’euros d’argent public confisqué. La publication de ce rapport, soutenue par un ensemble d’organisations [1], s’inscrit dans le cadre d’une série d’actions à l’initiative de l’espace commun de mobilisations « Nos droits contre leurs privilèges ».
    Ce rapport fait notamment suite à l’action organisée par Attac le lundi 13 mars à l’Apple Store de Saint Germain-des-Près pour dénoncer l’évasion fiscale des multinationales et annonce la « Semaine internationale contre les paradis fiscaux » qui aura lieu à partir du 1er avril, à l’occasion de l’anniversaire de la révélation des « Panama Papers ».

    « I want my money back » : c’est la fameuse formule de Margaret Thatcher en 1979 qui réclama et obtint une « ristourne » de la quote-part du Royaume-Uni au budget européen. Aujourd’hui, « we want our money back ! » nous demandons que les centaines de milliards d’euros confisqués par l’évasion fiscale, par le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), par une fiscalité trop généreuse à l’égard des plus riches, par l’absence de taxe sur les transactions financières… nous soient restitués ! Et qu’ils servent aux urgences sociales et écologiques, à la réhabilitation des services publics, à la création des dizaines de milliers d’emplois nécessaires à la transition écologique ou encore au respect du droit au logement et à la solidarité internationale.
    « L’impôt, qui devrait être vu comme une contribution citoyenne, est discrédité par la fraude et l’évasion auxquelles se livrent les privilégiés et cette injustice fiscale sape les fondements du contrat social », dénonce Dominique Plihon, porte-parole d’Attac, économiste et coordinateur du rapport, « Pourtant l’argent est là, accumulé, dissimulé, évadé par les plus riches et les multinationales. Dans le rapport “Rendez l’argent”, nous montrons qu’il est possible de récupérer chaque année plus de 200 milliards d’euros d’argent public confisqué. »
    « Rien n’oblige à détruire l’emploi et les droits sociaux, à appauvrir les services publics ou à bloquer le financement de la transition écologique », affirme Aurélie Trouvé , porte-parole d’Attac, économiste et coordinatrice du rapport, « mais il faut de la volonté politique pour mettre en place une série de mesures pour récupérer cet argent : cela passe par la lutte contre l’évasion fiscale, la taxation des transactions financières, une réforme fiscale visant une plus juste distribution des revenus et des richesses ou encore l’arrêt des grands projets inutiles et la suppression des subventions aux énergies fossiles. »

    Communiqué Attac du 28 mars 2017.