Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Activités Attac

  • Des abeilles attaquent le siège de Bayer - Monsanto

    Attac.pngCe jeudi 14 mars, des dizaines de militant·e·s d’Attac déguisé·e·s en abeilles se sont rassemblé·e·s devant le siège de Bayer-Monsanto et y ont installé une scène de « crime écologique ». Cette action intervient à la veille des mobilisations pour la justice climatique (« grève mondiale des jeunes pour le climat » vendredi 15 mars et « marches pour la justice sociale et climatique » le 16 mars). Son objectif : dénoncer les impacts désastreux et irréversibles de Bayer-Monsanto sur l’environnement, la nature, le vivant et appeler à une mobilisation massive les 15 et 16 mars.

    Les militant·e·s ont recouvert d’une peinture non-toxique aux couleurs évoquant du miel les vitrines du bâtiment à l’aide d’extincteurs, et déversé des conteneurs de mélasse sur le trottoir. Devant cette scène, des grandes silhouettes cartonnées, symbolisaient les victimes quotidiennes de Bayer-Monsanto : abeilles, papillons, arbres, êtres humains, lombrics, ...

    Malgré l’état d’urgence écologique et climatique actuel, Bayer-Monsanto continue de détruire la biodiversité en bénéficiant d’une large impunité obtenue grâce à la complicité des États et son lobbying féroce. Le dernier rapport du GIEC publié à l’automne 2018 pointait l’impact du changement climatique sur la biodiversité : deux fois plus d’espèces seront mises en danger au cas où le réchauffement climatique dépasse les 2°C par rapport à une situation où il est contenu en-deçà de 1,5°C. Bayer-Monsanto ne fait qu’accentuer cette destruction par la production massive de produits dangereux pour la vie et la biodiversité.

    Action Bayer.jpg

     

    Les actes criminels des entreprises et la complicité ou l’inaction des États ne peuvent rester impunis.
    L’action des militant·e·s d’Attac visait à dénoncer un système économique et agroalimentaire soutenu par Bayer-Monsanto et les gouvernements, qui empoisonne nos assiettes, notre air, nos sols et notre planète au profit de puissants industriels et au détriment des paysans et de la majorité de la population.

    Pour Annick Coupé, secrétaire générale d’Attac : « l’impunité dont bénéficie Bayer-Monsanto illustre le double discours du gouvernement. D’une part il n’a cessé de reculer sur l’interdiction du glyphosate : la promesse de son interdiction demeure non inscrite dans la loi et témoigne du poids considérable des lobbys pour bloquer toute réglementation ambitieuse. D’autre part cette entreprise participe directement au financement de la campagne de l’ALDE (le groupe auquel sont rattachés les députés LREM au Parlement européen), ce qui laisse entrevoir de sérieux doutes quant à la réelle volonté du gouvernement de vouloir interdire le glyphosate. »

    Notre action vise à cibler les vrais responsables des dérèglements climatiques. « Fin du monde, fin du mois. Mêmes coupables, même combat ! »

    Communiqué du 14 mars 2019

  • Nouveau livre d’Attac et de la fondation Copernic : Cette Europe malade du néolibéralisme - L’urgence de désobéir

    Le nouveau livre d’Attac : Cette Europe malade du néolibéralisme - L’urgence de désobéir (éditions "Les liens qui libèrent") sort en librairie mercredi 20 mars.

    Cette Europe.png

    Et si la seule manière de sauver l’Europe était de désobéir ?

    Voilà le parti pris de cet ouvrage incisif, manuel de résistance pour toutes celles et ceux qui ne se résignent pas au délitement du projet européen.
    Il y a aujourd’hui urgence : la désobéissance ou l’éclatement, telle est désormais l’alternative.

    L’Union européenne traverse aujourd’hui une crise existentielle. Des politiques d’austérité imposées au nom de règles économiquement absurdes ont mis les peuples à genoux. Aussi, la défiance envers l’Union est désormais telle que son avenir politique est incertain. C’est pourquoi il est urgent de lui donner un nouveau souffle et avant tout de rompre avec le poison néolibéral.

    Car, face à cette Europe antidémocratique et austéritaire, un seul horizon paraît se profiler, celui du nationalisme. C’est ce qu’illustrent les victoires successives, aux quatre coins de l’Europe, d’une extrême-droite hétérogène mais toujours xénophobe et au fond favorable aux politiques néolibérales. Aussi est-il plus que jamais nécessaire de défendre un autre modèle, qui remettrait au cœur l’idée d’une Europe sociale, démocratique et écologique.

    Cet ouvrage propose des politiques alternatives et une stratégie pour les mettre en œuvre : la désobéissance aux traités pour refonder l’Europe. Retrouver le chemin d’une politique de solidarité est le seul moyen d’engager les peuples dans la construction d’une véritable communauté politique européenne.

    Prix public : 10 €

     

    Ont contribué à cet ouvrage :

    Christophe Aguiton, sociologue, militant altermondialiste • Amélie Canonne, présidente de l’Aitec • Maxime Combes, économiste, membre d’Attac • Alexis Cukier, philosophe, membre de la Fondation Copernic • Thomas Coutrot, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac • Michel Husson, économiste • Pierre Khalfa, économiste, membre de la Fondation Copernic • Alice Picard, membre du Conseil d’administration d’Attac • Dominique Plihon, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac • Philippe Marlière, professeur de sciences politiques • Christiane Marty, ingénieure chercheuse, membre de la Fondation Copernic • Ugo Palheta, sociologue, membre de la Fondation Copernic • Jacques Rigaudiat, économiste, membre de la Fondation Copernic • Claire Rodier, juriste, directrice du Gisti • Catherine Samary, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac • Bruno Théret, économiste • Aurélie Trouvé, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac • Peter Wahl, membre du Comité Exécutif de l’ONG WEED, Berlin

     

  • Partagez votre combat chez Attac !

    Attac.pngComment agir ?
    Si ce n’est pas déjà le cas, vous pouvez rejoindre l’un des cent groupes locaux qui agissent partout en France. Vous pourrez ainsi vous former et participer à nos campagneset actions symboliques ou désobéissantes. Je passe à l’Attac !

    Faites passer le mot !
    En partageant l’info au sein de votre entourage, vous contribuez pleinement aux efforts d’éducation populaire et permettez à Attac de poursuivre ses combats pour porter des alternatives à l’Europe néolibérale et pour favoriser la justice fiscale, sociale et environnementale.

    Petite vidéo pour un tour d'horizon de l'année 2018 :

    https://vimeo.com/313843752

  • Réunion Attac Poitiers du 19 février - Soirée Energie du 7 mars

    Attac.pngProchaine réunion du collectif poitevin d’Attac : mardi 19 février de 20 h à 22 h à la maison de la Gibauderie (salle 1). A l’ordre du jour : bilan de la formation ANV/COP 21 du 9 février, soirée-débat du 7 mars avec A. Bernier sur l’énergie, actions en cours et à prévoir.

    Ci-joint l'affiche de la soirée du 7 mars :

    Affiche Bernier mars 2019.pdf

     

  • Fin du monde, fin du mois, même combat

    Attac.pngLe 20 janvier dernier, Attac publiait un rapport qui démontrait l’impact désastreux des entreprises du CAC 40. Le 22 janvier, nous lancions une campagne pour que les multinationales respectent les droits humains et l’environnement. Les 30 et 31 janvier, nous organisions deux actions pour « prélever à la source » Google et Apple. Ces multinationales, comme beaucoup d’autres, échappent à l’impôt et nous proposons une taxe unitaire destinée à leur faire payer leur juste part.

    C’est ainsi qu’Attac contribue aux mobilisations pour la justice sociale, fiscale et climatique, tout en continuant à soutenir le mouvement des gilets jaunes.

    Et nous ne comptons pas en rester là. Nous serons pleinement mobilisés dans les prochaines semaines pour poursuivre la traque fiscale des GAFA, défendre l’épargne populaire, populariser l’appel international à des grèves pour le climat le 15 mars prochain et les grandes marches le lendemain, samedi 16 mars.

     

    Communiqué du 6 février 2019