Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Coalition Climat 86 : prochaine réunion mercredi 27 avril !

    La prochaine réunion de la "Coalition Climat 86" aura lieu le mercredi 27 avril à 19 h dans les locaux de la FSU. Retenez bien l'heure : c'est plus tôt que d'habitude !

  • Lettre d'info : Collectivités "Hors Tafta" et Dossier AITEC

    siteon0.png

     

     

    Ci-joint deux documents concernant le Tafta. Le premier est une lettre d'information sur le Tafta et l'action des collectivités locales. Le deuxième est un dossier réalisé par l'association AITEC sur le TAFTA, le CETA et les marchés publics.

     Newsletter 08042016.pdf

     Dossier TAFTA Marchés publics Version Finale.pdf

    La prochaine réunion du collectif poitevin Tafta/GMT aura lieu le jeudi 28 avril à 20 h dans les locaux de la FSU.

  • Avis adopté par le CESE sur le TAFTA

    Ci-joint l'avis adopté par le Conseil économique, social et environnemental sur la négociation du Tafta (le Cese utilise l'acronyme PTCI, le seul qui renvoie à la langue française : Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement)

    Le document parait long car il y a des annexes, les déclarations des groupes, les votes des conseillers sur les amendements en séance plénière, etc.

    L'avis lui-même commence de la page 5 jusqu'à la page 44.

    CESE avis PTCI 2016 partenariat_transtlantique.pdf

  • N’attendez pas la prochaine crise pour vous révolter, passez à l’Attac !

    Logo Attac.jpgFinance, évasion fiscale, climat, inégalités, précarité, oligarchie… Le monde ne tourne plus rond, les rues se remplissent de personnes qui s’indignent et veulent changer la donne. Mais comment transformer cette indignation en action ? En passant à l’Attac !
    Comme 10 000 personnes en France, rejoignez un réseau altermondialiste, national, européen et international qui mène des actions pour favoriser le développement d’alternatives et pour mettre sous contrôle citoyen les banques et multinationales prédatrices.
    Mais comment s’engager avec Attac ? Chacun·e peut le faire à sa manière : adhérer, nous soutenir financièrement, s’impliquer dans les débats sur le monde que nous voulons…
    S’engager avec Attac, c’est :
    - devenir acteur de la transition avec tou·te·s les militant·e·s du réseau ;
    - apporter votre temps, vos idées ainsi que vos compétences pour la mise en place d’actions concrètes ;
    - être tenu informé régulièrement de nos analyses et décryptages : Lignes d’Attac (revue trimestrielle envoyée aux adhérent·e·s), lettres d’informations électroniques, Les Possibles (revue éditée à l’initiative du Conseil scientifique), publication d’ouvrages ;
    - participer à la vie du mouvement : Assemblées générales, réunions régionales, commissions thématiques nationales, groupes de travail, Universités d’été, AlterVillages, Forums sociaux mondiaux, etc.

    https://france.attac.org/agir-avec-attac/adherer?pk_campaign=Infolettre-533&pk_kwd=france-attac-org-agir-avec-attac

  • Contre la déchéance du travail, tous en CDI !


    Le mouvement social contre la loi Travail prend son essor : plus d’un million de manifestant·e·s ce jeudi 31 mars, deux fois plus que le 9 mars. Le gouvernement, affaibli et avec une majorité divisée, a déjà du céder sur la déchéance de nationalité : il peut, il doit céder sur la loi Travail. Nous sommes engagés dans un CDI (Combat à Durée Indéterminée) contre la déchéance du travail.

    Le gouvernement rend la droite responsable de l’échec de la réforme constitutionnelle, qui prévoyait d’introduire l’état d’urgence et la déchéance de nationalité dans la loi suprême. Pourtant la droite s’était engagée à voter le projet annoncé par François Hollande au Congrès le 16 novembre dernier. C’est l’indignation de la société civile, rassemblée contre l’état d’urgence et la déchéance de nationalité, qui a poussé les député·e·s socialistes à modifier le projet présidentiel, donnant ainsi un prétexte à la droite pour ne pas le voter.
    La loi Travail, elle, est une loi ordinaire qui n’aura pas besoin d’un Congrès ni d’une majorité qualifiée : mais la pression de la rue monte et pourrait faire à nouveau céder ce gouvernement affaibli et illégitime.
    Les jeunes ont bien vu que faciliter les licenciements des salariés en CDI ne réduira en rien la précarité du travail.
    Les femmes se rendent bien compte qu’elles sont particulièrement touchées par la réduction du supplément pour heures complémentaires, mais aussi par l’affaiblissement des règles légales et de branche au profit de l’accord d’entreprise, puisque les syndicats sont plus faibles dans les petites entreprises, fortement féminisées.
    Les salarié·e·s perçoivent le risque de réserver le suivi par un médecin du travail aux seuls « postes à risques » (définis par les patrons) : là encore les femmes seront sans doute sacrifiées, leur travail étant souvent jugé « sans risque ».
    Les syndicalistes ont bien compris qu’en période de montée du chômage, la généralisation des référendums d’entreprise contre les syndicats majoritaires serait une arme atomique contre ceux-ci.
    Tous voient bien que permettre au patronat d’augmenter la durée du travail va dégrader les conditions de travail et réduire les créations d’emploi.
    Et tous ont compris que c’est le moment de mettre un terme à cette spirale de régressions sociales et démocratiques dans laquelle un gouvernement à la dérive entraîne le pays au mépris de toutes les valeurs et promesses proclamées. Partout dans le pays, l’heure est au débat et à la mobilisation, pour faire échouer ce projet de loi et redéfinir ensemble le travail que nous voulons.

    Communiqué Attac du 1er avril 2016