Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Articles

  • Les vrais séparatistes, ce sont les riches !

    banderole.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Confronté à une crise économique, sociale et sanitaire, Emmanuel Macron et le gouvernement ont choisi de faire diversion en orchestrant une campagne contre le « séparatisme », qui stigmatise les immigré·e·s et les personnes de confession musulmane. Pourtant, une multitude de travaux montre que le séparatisme aujourd'hui, se trouve du côté des très fortunés.


    Chaque année un peu plus, ils font sécession avec le reste de la société.


    La situation sanitaire se dégrade, les plans sociaux se succèdent, les inégalités et la pauvreté augmentent, le dérèglement climatique montre chaque jour ses effets... mais Emmanuel Macron et son gouvernement préfèrent pointer du doigt les « séparatistes » en alimentant les fantasmes islamophobes. Or, qui sont les vrais séparatistes ? Une multitude de travaux documentent comment les plus riches font sécession, à la fois spatialement, fiscalement, économiquement et sur le plan écologique !

    Spatialement, les riches cultivent l'entre-soi et leurs comportements conduisent à une « ghettoïsation par le haut »

    De nombreux travaux sociologiques mettent en évidence un processus de ségrégation résidentielle par le biais du prix élevé des habitations dans les quartiers favorisés. Cette barrière à l’entrée par les prix permet l’entre-soi résidentiel et un voisinage homogène, recherché notamment pour la socialisation des enfants. Plutôt que de stigmatiser les musulman·e·s, Emmanuel Macron devrait s'attaquer à cette ségrégation spatiale qui renforce les inégalités dans la mesure où elle conditionne l’accès équitable à des ressources diverses comme l'école, la possibilité d’avoir un emploi, les lieux de détente et de loisirs...

    Dès 2004, l'économiste Eric Maurin mettait ainsi en évidence une « ghettoïsation par le haut »1, les élites mobilisant toutes leurs ressources pour se mettre à l’écart. Les cadres supérieurs « s’accaparent désormais des pans entiers de l’espace urbain, notamment les centre-villes, les beaux quartiers et les zones les plus proches des principaux équipements ».

    Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot ont également montré comment les familles les plus aisées sont « regroupées dans quelques quartiers bien délimités », où « elles cultivent un entre-soi ». Ils estiment qu'« aucun autre groupe social n’est ainsi confiné dans un ghetto, doré et volontaire »2, allant parfois jusqu’à se murer dans des hameaux totalement privés, comme la villa Montmorency dans le XVIe arrondissement parisien.

    L'INSEE confirme ces analyses : dans les quartiers pauvres « les choix de localisation résidentiels sont plus subis que dans [dans les quartiers riches], certains auteurs ayant pu parler pour les quartiers les plus riches d’autoexclusion. » « Dans certaines villes se développe ce qui est souvent qualifié d’ "entre-soi" à savoir un habitat spatialement séparé des populations riches »3.

    Cela conduit à la perte de mixité sociale : Eric Maurin explique qu'« au fur et à mesure qu’elles gagnent en importance, les classes supérieures repoussent les classes moyennes vers les périphéries, des communes et des quartiers entiers perdant peu à peu leur dernier semblant de mélange social ».

    Selon Eric Maurin, le « fait que Français et étrangers n’habitent pas les mêmes voisinages représente aujourd’hui l’une des formes les plus extrêmes de la ségrégation territoriale ». Or les « ghettos d’immigrés » ne sont pas le résultat d’une volonté de ces populations ou d'une logique communautariste, mais s’expliquent par le fait que ces populations ne peuvent habiter ailleurs.

    Le Conseil d'analyse économique, rattaché au Premier Ministre, notait ainsi en 2004 que si les plus pauvres et les immigré·e·s vivent entre eux, ce n'est pas volontairement : « En France comme ailleurs, des phénomènes cumulatifs de fuite des familles aisées en direction des quartiers riches ont pu également renforcer l’isolation spatiale des familles pauvres ». Ainsi, « lorsque l’on s’intéresse au logement social, il apparaît que la population immigrée a une probabilité plus élevée d’accéder à un logement social situé dans une zone périphérique défavorisée »4.

    Ce séparatisme spatial se traduit notamment par une ségrégation scolaire. « Non seulement la mixité sociale a fortement reculé au plan géographique au cours des trente dernières années, avec une concentration des CSP+ dans le cœur des grandes métropoles, mais cette ségrégation sociale s’est accompagnée d’une ségrégation scolaire renforcée, avec un choix de plus en plus fréquent des catégories favorisées pour l’enseignement privé » selon la fondation Jean Jaures5, qui note que, dans les écoles privées, « la proportion des enfants de familles favorisées y est désormais deux fois plus importante (36 %) que dans le public (19 %) ».

    Alors qu'Eric Maurin dénonçait « l’impuissance des politiques successives à enrayer le phénomène » de ghettoïsation, Emmanuel Macron préfère faire diversion en stigmatisant les populations vivant dans ces quartiers.

    Fiscalement, les riches font sécession en échappant à l'impôt

    Il est largement démontré que l'évasion fiscale est un sport de riches. Gabriel Zucman a ainsi mené une étude dans les pays scandinaves, où il montre que si, en moyenne 3 % des impôts dus ne sont pas acquittés en raison de l’évasion fiscale, plus on est riche et plus cette part augmente, jusqu'à s’élever à 30 % pour les 0,01 % des ménages les plus aisés6 !

    Cette triche, dramatique, s'illustre notamment par la pratique des passeports dorés. Alors que partout dans le monde, les frontières se ferment pour les migrant·e·s et les réfugié·e·s, elles restent largement ouvertes pour ceux qui peuvent payer, puisque plus de 165 pays proposent des visas dorés. Les plus riches peuvent ainsi acheter des visas – ou même acquérir la citoyenneté – dans des pays tels que le Portugal ou Chypre, moyennant paiement comptant ou un investissement important dans le pays7. En novembre 2018, des militants d'Attac avaient ainsi manifesté contre la tenue du « Salon international de l’émigration et de l’immobilier de luxe » à Cannes, qui met en vedette la pratique des visas dorés, nouvel outil pour favoriser l’évitement fiscal8.

    La fondation Jean Jaures considère que l'exil fiscal est le « stade ultime de la sécession des élites », qui « constitue une illustration paroxystique de ce séparatisme social développé depuis une trentaine d’années dans une partie des couches les plus favorisées de la population française »9.

    Alors que les discours de la macronie tentent de faire passer certaines parties de la population pour de « mauvais français », voire des ennemis de l'intérieur, la fondation Jean Jaures explique que le « processus de séparatisme social [...] se traduit également par le fait que le sentiment de solidarité, mais aussi de responsabilité à l’égard de l’ensemble de la société – qui incombe traditionnellement aux élites selon le principe de l’adage « Noblesse oblige » – s’étiole progressivement. De nombreux membres des catégories les plus favorisées éprouvent aujourd’hui davantage d’affinités avec les personnes d’autres pays de niveau social équivalent qu’avec leurs concitoyens plus modestes. Pour une partie de l’élite sociale, le cadre national est aujourd’hui obsolète et le lien au pays n’est plus fondamental. C’est dans ce contexte que l’on peut analyser la très forte hausse des expatriations ». C'est bien « l’attrait pour un environnement économique et fiscal plus avantageux [qui] semble être pour les catégories favorisées un puissant moteur incitant à l’expatriation », comme en témoigne la forte proportion d'expatriations en Suisse ou au Luxembourg.

    Les riches multiplient donc les dispositifs pour échapper à l'impôt, bien aidés par les banques et cabinets d'affaires. Plutôt que de lutter contre cette sécession des riches, le gouvernement a au contraire multiplié les cadeaux fiscaux, en transformant l'ISF en IFI, en instaurant la « flat tax » ou encore en supprimant l' « exit tax »10. L'INSEE11 confirme que les 5% des français les plus aisés sont les grands gagnants des politiques fiscales menées par le « Président des riches », tandis que les plus pauvres ont vu leur pouvoir d'achat altéré par la baisse des APL.



    Economiquement, les riches sont les profiteurs de la crise

    Un récent rapport d'Oxfam12 montre que certaines entreprises multinationales et leurs actionnaires sont les grands profiteurs de la crise actuelle. En effet, ce n'est pas la crise pour tout le monde : 32 entreprises, parmi les plus grandes multinationales de la planète, devraient enregistrer en 2020 une hausse spectaculaire de leurs bénéfices, soit 109 milliards de dollars de plus que leur bénéfice moyen réalisé au cours des quatre années précédentes. Une large partie de ces bénéfices a été reversée à de riches actionnaires, alimentant les inégalités mondiales. Les 25 milliardaires les plus riches du monde ont ainsi vu leur richesse augmenter de 255 milliards de dollars entre la mi-mars et la fin mai, soit une augmentation moyenne de 10 milliards de dollars. Le seul Jeff Bezos pourrait, avec les bénéfices qu’il a réalisés pendant la crise, verser une prime 105 000 dollars aux 876 000 personnes employées par Amazon dans le monde, y compris les quelques 10.000 salarié·e·s en France, tout en restant aussi riche qu’il l’était avant la pandémie de coronavirus.

    Ecologiquement, les riches ont un mode de vie incompatible avec la lutte contre le dérèglement climatique

    Dans « Comment les riches détruisent la planète »13  Hervé Kempf montre comment une classe dirigeante prédatrice et cupide fait obstacle au changement de cap qui s'impose urgemment : à la fois directement, « par les puissants leviers – politiques, économiques et médiatiques – dont elle dispose et dont elle use afin de maintenir ses privilèges ». Mais aussi, indirectement, « par ce modèle culturel de consommation qui imprègne toute la société et en définit la normalité ». Le fondateur de Reporterre dénonce ainsi la « consommation outrancière de yachts, d’avions privés, de résidences immenses, de bijoux, de montres, de voyages exotiques, d’un fatras clinquant de dilapidation somptuaire »14. Il explique ainsi que les 10 % les plus riches sur ce globe comptent pour 45 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, ou qu’en France, chaque personne appartenant aux 1 % les plus riches émet plus de 200 tonnes de gaz à effet de serre par an, contre 6 par personne en moyenne15.

    N'en déplaise aux islamophobes, les vrais séparatistes, ce sont les riches ! Face au projet ignoble du gouvernement, Attac va multiplier, dans les prochaines semaines, des actions pour ne pas laisser stigmatiser injustement une partie de la population et mettre en évidence là où se situe le véritable séparatisme.

    Par Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France

  • Note d'information d'Attac sur le transport aérien

    Attac.pngUn groupe de travail s'est constitué sur la question du secteur aérien. Ce groupe a produit une première note que vous trouverez à ce lien sur le site d'Attac :

     https://france.attac.org/nos-idees/agir-pour-la-justice-sociale-et-ecologique/article/pour-le-climat-pour-les-emplois-un-plan-de-reconversion-ecologique-et-social-du?var_mode=calcul

    Le groupe prévoit de publier à la rentrée une note plus détaillée. N'hésitez pas à le contacter si le sujet vous intéresse.

    Notre département étant très concerné par l'évolution du secteur de l'aviation (avec plus de 2 000 emplois sur le bassin industriel de Châtellerault) ce travail n'en est que plus important à faire connaître.

  • Toulouse ? Un futur Détroit ?

    Attac.pngUn document intéressant réalisé par un groupe de militants de divers mouvements (Fondation Copernic, Attac, Université Populaire de Toulouse, Amis du Monde Diplomatique) de Haute-Garonne à propos de l'avenir de la filière aéronautique fortement impactée par la crise sanitaire. La Haute-Garonne qui concentre beaucoup d'emplois dans ce secteur est en grand danger en raison de la "mono-industrie" de la région. Et rien ne dit que cette crise ne va pas s'installer dans la durée. Déjà de nombreuses compagnies aériennes licencient à tour de bras et dans l'industrie, on est en plein brouillard.

    Toulouse, un futur Détroit-.pdf

  • Pourquoi il est urgent et nécessaire de rénover l'ISF

    Attac.pngSur le blog Attac sur Mediapart, voici la dernière analyse d'Attac, en plein dans l'actualité autour du retour d'un impôt sur la fortune :
     
    Un argumentaire utile en complément de l'interpellation sur la justice fiscale. 

  • Naomi Klein : comment l’élite mondiale va tenter d’exploiter la pandémie

    Dans une interview avec VICE, Naomi Klein explique comment les gouvernements et l’élite mondiale vont tenter d’exploiter la pandémie, selon la « stratégie du choc » qu’elle a décrite il y a plus de dix ans.

    VICE : Commençons par l’essentiel. Qu’est-ce que le capitalisme de catastrophe ? Quel est son rapport avec la “doctrine de choc” ?

    La façon dont je définis le “capitalisme catastrophe” est très simple : il décrit la façon dont les industries privées émergent pour bénéficier directement des crises à grande échelle. La spéculation sur les catastrophes et la guerre n’est pas un concept nouveau, mais elle s’est vraiment approfondie sous l’administration Bush après le 11 septembre, lorsque l’administration a déclaré ce type de crise sécuritaire sans fin, et l’a simultanément privatisée et externalisée — cela a inclus l’État de sécurité nationale et privatisé, ainsi que l’invasion et l’occupation [privatisée] de l’Irak et de l’Afghanistan.

    La “doctrine de choc” est la stratégie politique consistant à utiliser les crises à grande échelle pour faire avancer des politiques qui approfondissent systématiquement les inégalités, enrichissent les élites et affaiblissent les autres. En temps de crise, les gens ont tendance à se concentrer sur les urgences quotidiennes pour survivre à cette crise, quelle qu’elle soit, et ont tendance à trop compter sur ceux qui sont au pouvoir. En temps de crise, nous détournons un peu les yeux, loin du jeu réel.

    VICE : D’où vient cette stratégie politique ? Comment retracer son histoire dans la politique américaine ?

    La stratégie de la doctrine de choc était une réponse au programme du New Deal de Milton Friedman. Cet économiste néolibéral pensait que tout avait mal tourné aux États-Unis sous le New Deal : en réponse à la Grande Dépression et au Dust Bowl, un gouvernement beaucoup plus actif a émergé dans le pays, qui s’est donné pour mission de résoudre directement la crise économique de l’époque en créant des emplois gouvernementaux et en offrant une aide directe.

    Si vous êtes un économiste du libre marché, vous comprenez que lorsque les marchés échouent, vous vous prêtez à un changement progressif qui est beaucoup plus organique que le type de politiques de déréglementation qui favorisent les grandes entreprises. La doctrine de choc a donc été développée comme un moyen d’éviter que les crises ne cèdent la place à des moments organiques où des politiques progressistes émergent. Les élites politiques et économiques comprennent que les moments de crise sont l’occasion de faire avancer leur liste de souhaits de politiques impopulaires qui polarisent encore plus la richesse dans ce pays et dans le monde entier.

    VICE : Nous sommes actuellement confrontés à de multiples crises : une pandémie, le manque d’infrastructures pour la gérer et l’effondrement de la bourse. Pouvez-vous nous expliquer comment chacun de ces éléments s’inscrit dans le schéma que vous avez décrit dans la Doctrine du choc ?

    Le choc est en réalité le virus lui-même. Et il a été traitée de manière à maximiser la confusion et à minimiser la protection. Je ne pense pas que ce soit une conspiration, c’est juste la façon dont le gouvernement américain et Trump ont géré — complètement mal — cette crise. Jusqu’à présent, M. Trump a traité cette situation non pas comme une crise de santé publique mais comme une crise de perception et un problème potentiel pour sa réélection.

    C’est le pire des scénarios, surtout si l’on tient compte du fait que les États-Unis ne disposent pas d’un programme national de soins de santé et que les protections dont bénéficient les travailleurs sont très mauvaises (par exemple, la loi n’institue pas d’indemnités de maladie). Cette combinaison de forces a provoqué un choc maximal. Il va être exploité pour sauver les industries qui sont au cœur des crises les plus extrêmes auxquelles nous sommes confrontés, comme la crise climatique : l’industrie aérienne, l’industrie pétrolière et gazière, l’industrie des bateaux de croisière, ils veulent consolider tout cela.

    VICE : Comment avons-nous vu cela auparavant ?

    Dans La Doctrine du choc, je parle de ce qui s’est passé après l’ouragan Katrina. Des groupes d’experts de Washington comme la Heritage Foundation se sont réunis et ont créé une liste de solutions “pro-libre marché” pour Katrina. Nous pouvons être sûrs que le même type de réunions se tiendront maintenant. En fait, la personne qui a présidé le groupe Katrina était Mike Pence (N.T : la personne qui préside maintenant le dossier Coronavirus). En 2008, ce mouvement s’est traduit par le sauvetage des banques, où les pays leur ont remis des chèques en blanc, qui se sont finalement élevés à plusieurs milliards de dollars. Mais le coût réel de cette situation a finalement pris la forme de vastes programmes d’austérité économique [réductions ultérieures des services sociaux]. Il ne s’agit donc pas seulement de ce qui se passe maintenant, mais aussi de la façon dont ils vont payer à l’avenir, lorsque la facture de tout cela sera due.

    VICE : Y a‑t-il quelque chose que les gens peuvent faire pour atténuer les dégâts du capitalisme de catastrophe que nous voyons déjà dans la réponse au coronavirus ? Sommes-nous mieux ou moins bien lotis que nous l’étions pendant l’ouragan Katrina ou la dernière récession mondiale ?

    Lorsque nous sommes mis à l’épreuve par la crise, soit nous nous replions et nous nous effondrons, soit nous grandissons, et nous trouvons des réserves de force et de compassion dont nous ne savions pas que nous étions capables. Ce sera l’un de ces tests. La raison pour laquelle j’ai un certain espoir que nous puissions choisir d’évoluer est que — contrairement à 2008 — nous avons une alternative politique si réelle qu’elle propose un type différent de réponse à la crise qui s’attaque aux causes profondes de notre vulnérabilité, et un mouvement politique plus large qui la soutient.

    C’est ce sur quoi ont porté tous les travaux sur le Green New Deal : se préparer à un moment comme celui-ci. Nous ne pouvons pas nous décourager ; nous devons plus que jamais nous battre pour l’universalité des soins de santé, des gardes d’enfants, des congés de maladie payés, tout cela est étroitement lié.

    VICE : Si nos gouvernements et l’élite mondiale vont exploiter cette crise à leurs propres fins, que peuvent faire les gens pour s’entraider ?

    “Je vais prendre soin de moi et des miens, nous pouvons obtenir la meilleure assurance maladie privée qui soit, et si vous ne l’avez pas, c’est probablement votre faute, ce n’est pas mon problème” : voilà ce que ce genre d’économie de winner met dans nos cerveaux. Ce qu’un moment de crise comme celui-ci révèle, c’est notre interrelation les uns avec les autres. Nous constatons en temps réel que nous sommes beaucoup plus interconnectés les uns avec les autres que notre système économique brutal ne le laisse croire.

    Nous pouvons penser que nous serons en sécurité si nous bénéficions de bons soins médicaux, mais si la personne qui prépare ou livre notre nourriture, ou qui emballe nos boîtes n’a pas de soins médicaux et ne peut pas se permettre d’être examinée, et encore moins rester à la maison parce qu’elle n’a pas de congé de maladie, nous ne serons pas en sécurité. Si nous ne prenons pas soin les uns des autres, aucun d’entre nous ne sera en sécurité. Nous sommes coincés.

    Les différentes manières d’organiser la société favorisent ou renforcent différentes parties de nous-mêmes. Si vous êtes dans un système qui, vous le savez, ne prend pas soin des gens et ne distribue pas les ressources de manière équitable, alors notre pulsion d’accumulation sera en alerte. Gardez donc cela à l’esprit et réfléchissez à la manière dont, au lieu de vous entasser et de penser à la façon dont vous pouvez prendre soin de vous-même et de votre famille, vous pouvez changer et réfléchir à la façon dont vous pouvez partager avec vos voisins et aider les personnes les plus vulnérables.