Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Articles - Page 3

  • Avis adopté par le CESE sur le TAFTA

    Ci-joint l'avis adopté par le Conseil économique, social et environnemental sur la négociation du Tafta (le Cese utilise l'acronyme PTCI, le seul qui renvoie à la langue française : Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement)

    Le document parait long car il y a des annexes, les déclarations des groupes, les votes des conseillers sur les amendements en séance plénière, etc.

    L'avis lui-même commence de la page 5 jusqu'à la page 44.

    CESE avis PTCI 2016 partenariat_transtlantique.pdf

  • COP 21 : le texte de l'accord en français

    Ci-joint en PDF, le texte de l'accord issu de la COP 21 en français : pour se faire une idée à partir du texte de 39 pages.

    cop21.pdf

  • Bulletin d'information n°12 TAFTA et CETA

    Ci-joint le bulletin consacré à l'actualité des traités en négociation TAFTA et CETA. 

    Au sommaire : 

    1.  Du plomb dans l'aile pour la transparence

    2.  État du processus de négociation TAFTA

    3.  Réforme de l'ISDS ?

    4.  Vote et non vote au Parlement européen

    5.  État du processus de ratification CETA

    BI12-odt.odt

     

  • A propos du TAFTA dans la presse locale

    Lu dans la presse locale (Nouvelle République et 7 à Poitiers) ces deux articles sur l'activité du collectif poitevin contre le TAFTA/GMT.

    Tafta 7 à Poitiers novembre 2015.pdf

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2015/10/27/Tafta-le-traite-qui-herisse-des-communes-2513285

     

     

  • L'économiste James Galbraith raconte les coulisses du plan B grec

    De février à juillet, l'économiste James Galbraith s'est rendu à Athènes pour travailler aux côtés de « son ami » Yanis Varoufakis, alors ministre des finances. Il raconte les débats autour d’un éventuel plan B et la sortie de l’euro. « On s’est exagéré les difficultés. Pour la prochaine fois, on saura comment faire », dit-il. L’économiste en est persuadé : il y aura une prochaine fois, en Grèce ou ailleurs.

    Deux mots lui viennent spontanément pour résumer la situation actuelle de la Grèce après le nouveau plan d’austérité. Deux mots dont l’économiste américain James Galbraith assume la violence pour expliquer, ce vendredi 16 octobre, à l'institut Veblen, devant ses collègues français, l'ampleur du désastre grec : colonisation et liquidation. « C'est ce à quoi nous assistons aujourd'hui. Une perte d'indépendance totale et une liquidation de l'État grec. La Grèce est un pays qui n'est plus indépendant. Le gouvernement a perdu toute marge de manœuvre. Il lui est interdit d'introduire la moindre loi sans l'accord préalable de ses créanciers », dit l'économiste américain.

    Alors que le Parlement grec vient d'adopter la première salve des réformes imposées dans le cadre du nouveau plan européen de juillet, James Galbraith explique l'envers du décor. « Ces 48 projets de loi prioritaires sont dictés à Bruxelles et traduits ensuite en grec », dit-il. « Ce ne sont pas des réformes pour améliorer les conditions économiques de la Grèce. Ce sont des réformes construites par les lobbies », poursuit-il.

    (la suite sur le site de Médiapart pour les abonnéEs : http://www.mediapart.fr/journal/international/181015/leconomiste-james-galbraith-raconte-les-coulisses-du-plan-b-grec