Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat - Page 6

  • Alternatiba dans la Vienne : dimanche 13 septembre !

    Le collectif coalition climat 21 Vienne, qui s'est monté à Poitiers à l'occasion de la COP21, (la conférence des Nations Unies sur le climat en décembre prochain à Paris), vous invite ou ré-invite à participer au Tour Alternatiba Poitiers ce Dimanche 13 septembre au Parc de Blossac
    15h à 20h
     
    Et/ou à la vélorution, 14h15 fontaine Blossac vers Ligugé, puis Ligugé Poitiers
    avec l'association l'atelier du petit plateau (venez avec votre vélo !)
     
    En parallèle des coalitions COP21, depuis 2013 s'organise une formidable mobilisation citoyenne planétaire contre le réchauffement climatique, et contre les maux de cette société, en proposant des alternatives concrètes, efficaces, à notre portée car existent déjà. Ce mouvement, appelé Alternatiba, propose des solutions comme l'agriculture paysanne, la relocalisation de l'économie, l'aménagement maîtrisé du territoire et le développement des alternatives au tout routier, la sobriété énergétique, l’écot-habitat, la mise au pas de la finance, la reconversion sociale et écologique de la production, la consommation responsable, le partage du travail et des richesses, l'entraide, la réduction et le recyclage des déchets, la préservation des biens communs comme l'eau, la terre ou les forêts, etc...


    Au sein de ce mouvement, une 10aine de cyclistes (Alternatiba le Tour) parcourent la France en vélo triplette et quadriplette, pour découvrir et faire découvrir les alternatives locales à impacts local et global. Ils sont partis de Bayonne le 5 juin, journée mondiale pour l'environnement, et pédalent 5600 Km pour le climat pour arriver à Paris le 26 Septembre lors de l'Alternatiba Ile de France. Le but de ce tour est de créer une mobilisation climatique de masse.


    Ces cyclistes passeront à Gençay et Poitiers ce dimanche 13 septembre. Vous retrouverez le programme de la journée ci-dessous et vous pourrez accompagner et/ou rencontrer les cyclistes sur le parcours entre Courcômes (près de Gençay) et Poitiers Parc de Blossac.
    Mais, organisations alternatives, êtes dores et déjà fortement encouragés à venir présenter vos savoirs/savoirs-faire, vos alternatives, vos solutions, votre travail, qui participent (tel un colibri) à la lutte contre le réchauffement climatique et participe à la transition citoyenne et écologique. Sur le petit village des alternatives qui se tiendra au parc de Blossac de 15h à 20h. (Installation des stands vers 14h/14h30). Seule demande, venez avec ce que vous avez, vos tables, chaises, documentations, animations, et votre sourire! 
    Vous êtes bien entendu aussi encouragés à venir sur l'événement, même si rien n'est à présenter. Vous pouvez aussi accompagner les cyclistes lors des vélorutions, 5km avant les étapes d'arrivée. A la Ferrière Airoux avant Gençay, et à la Filature de Ligugé avant Poitiers. Heures dans programme ci-dessous.


    Une vélorution supplémentaire est organisée par l'association L'atelier du petit plateau, pour aller à Ligugé à vélo et revenir à Poitiers avec les cyclistes d'Alternatiba. RDV à la fontaine de Blossac à 14h15 avec vos vélos !

    N'hésitez pas à diffuser l'information dans vos réseaux respectifs !


    Films et sites web du mouvement :
    Court film de l'Alternatiba Bayonne qui eu lieu en octobre 2013, sous le parrainage de Stéphane et Christiane Hessel : https://www.youtube.com/watch?v=BP-IYAFyPfE
    Le départ du tour Alternatiba : https://www.youtube.com/watch?v=wIg45Q8RCSY
    En route pour le tour alternatiba : https://www.youtube.com/watch?v=agIMhpmGpV4
    https://alternatiba.eu/tour2015 
    https://www.facebook.com/Alternatiba.eu 
    https://twitter.com/1000Alternatiba

  • Climat : les négociations de Bonn préparent les crimes climatiques à venir

    Les négociations sur le changement climatique reprennent ce lundi 31 août à Bonn (Allemagne). Le gouvernement français se montre optimiste. Pourtant, les contributions volontaires que les pays ont dévoilées et les contours du futur accord de Paris conduisent vers un réchauffement climatique très largement supérieur à l’objectif des 2 °C. Un crime climatique que les milliers de signataires de l’appel international visant à « laisser les énergies fossiles dans le sol » veulent stopper.

    Pour Laurence Tubiana, négociatrice en chef pour le gouvernement français, les négociations « avancent ». Peut-être, mais c’est «  à une vitesse d’escargot  » comme le déplore Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations-Unies, notant qu’« aucune action concrète n’a été prise pendant vingt-trois ans de négociation  » [1]. Les émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre, qui ont augmenté de 60 % depuis 1992, accélèrent le réchauffement climatique en cours. Les nouveaux records de chaleur en juillet, qui s’ajoutent aux sept premiers mois de 2015 les plus chauds jamais enregistrés, n’en sont que les dernières conséquences. Les conséquences sont de plus en plus dramatiques : chaque seconde, un nouveau réfugié climatique est jeté sur les routes par une catastrophe liée au réchauffement de la planète.
    Les contributions volontaires et non contraignantes que les États ont rendues publiques ne permettent pas de rester en dessous d’une hausse de 2 °C au cours du siècle, objectif que les États se sont eux-mêmes donnés lors de la conférence de Copenhague (2009). Les 56 pays qui ont présenté leur feuille de route et qui représentent 60 % des émissions mondiales de CO2, se sont engagés sur des objectifs minimalistes, y compris l’Union européenne et États-Unis. Résultat : l’écart entre ce qui devrait être fait et ce qui est annoncé est abyssal, supérieur à dix gigatonnes d’émissions annuelles de CO2.
    Tout retard pris en 2015 conduit à de nouveaux crimes climatiques, sans qu’aucune garantie ne soit apportée pour que ce retard puisse un jour être rattrapé. Les principaux pollueurs de la planète refusent de revoir à la hausse leurs objectifs de réduction d’émissions d’ici à 2020. Ce sont ces crimes climatiques que des personnalités (artistes, intellectuels, scientifiques, écrivains etc.) et des activistes du monde entier appellent à stopper en « laissant les énergies fossiles dans le sol » (http://crimesclimatiquesstop.org).
    « L’esclavage et l’apartheid n’ont pas disparu parce que des États ont décidé de les abolir, mais par des mobilisations massives qui ne leur ont pas laissé le choix  » [2]. Le changement climatique est un enjeu comparable : avec ses partenaires de la coalition Climat 21, Attac fera tout pour que les mobilisations citoyennes soient à la hauteur de l’enjeu dès novembre et décembre à Paris.


    [1] Le Monde, 26 août 2015, Ban Ki-moon : «  Nous avançons à une vitesse d’escargot  » sur le climat
    [2] Extrait de l’appel : «  Crime Climatique Stop  !  »

  • Le climat change. Et nous ? A l'Espace Mendès-France à Poitiers

    Pour mieux connaître la problématique du climat :

    - Des conférences sur le climat à l'espace Mendès France de Poitiers
    http://emf.fr/22056/cop-21-le-climat-change-et-nous/

    - Une expo "Le climat change. Et nous ?"
    http://emf.fr/22056/cop-21-le-climat-change-et-nous/

  • Crime Climatique Stop ! COP21 - L’appel de la société civile

    Crime climatique.jpgJeudi 27 août 2015, Attac et 350.org, publient aux éditions du Seuil Crime Climatique Stop ! L’appel de la société civile. Trois mois avant la Conférence climatique de Paris, cet ouvrage dénonce l’absence de prise en compte de l’urgence climatique pointée par les scientifiques et dévoile un appel de la société civile pour l’insurrection et la mobilisation de toutes et tous pour sortir d’un modèle économique fossile criminel.

    Cet appel est initié par Naomi Klein, Desmond Tutu, Vandana Shiva, Kumi Naido, Yeb Saño, Erri de Luca, Bill McKiben, Claude Lorius, Gilles Boeuf, Marie-Monique Robin, Mike Davis, Noam Chomsky, Patrick Chamoiseau et une centaine d’autres intellectuels et militant.e.s pour la justice climatique des cinq continents.

    Crime Climatique Stop ! L’appel de la société civile, Paris, Le Seuil, collection Anthropocène, parution le 27 août 2015.

    L’appel, ouvert à signatures, est en ligne : http://crimesclimatiquesstop.org.

    Le dérèglement climatique tue, et le crime climatique en cours est massif : des centaines de millions de vies sont d’ores et déjà irrémédiablement affectées par l’élévation du niveau des océans, les épisodes caniculaires, les sécheresses, les tempêtes tropicales, etc. À terme, ce sont les conditions d’existence de l’espèce humaine et de l’ensemble des êtres vivants qui sont menacées. Tel est le constat dénoncé collectivement par les auteurs de Crime Climatique Stop ! parmi lesquels Naomi Klein, Susan Georges, Vandana Shiva, Jean Jouzel, Desmond Tutu, Bill McKibben, Geneviève Azam, Pablo Solon… (voir ci-après la liste complète des auteurs).

    350.org et Attac France ont rassemblé ces contributions, véritables coups de gueule de personnalités de la société civile mondiale, afin de dénoncer le crime en cours, pointer les responsabilités, mais aussi montrer que d’autres voies sont possibles. Les auteurs portent un regard sans concession sur ce que Naomi Klein qualifie de « rendez-vous manqué avec le changement climatique » et notre incapacité, jusqu’à présent, à construire des sociétés justes et durables. Pour l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, qui signe la préface de cet ouvrage, il s’agit pourtant d’un défi dont la portée et l’ampleur sont équivalentes aux enjeux de la lutte contre l’esclavagisme ou l’apartheid : « Réduire notre empreinte carbone n’est pas seulement nécessaire d’un point de vue technique et scientifique. C’est aussi devenu le plus grand chantier de défense des droits de l’Homme de notre époque ».

    A moins de 100 jours de la Conférence de Paris sur le climat, les négociations ne semblent pourtant pas en mesure de déboucher sur un accord ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et les « contributions » actuelles nous conduisent tout droit vers un réchauffement global de +4 °C d’ici à la fin du siècle. Pour que notre planète reste vivable, et pour mettre fin au crime climatique, les scientifiques recommandent de laisser 80 % des combustibles fossiles dans le sol. C’est ce que les gouvernements et les lobbies économiques refusent d’entendre.

    Il n’y a aucune fatalité à cela affirment les auteurs de Crime Climatique Stop ! : « L’histoire nous a montré que quand des êtres humains rassemblent leurs forces pour défendre une cause juste, rien ne peut leur résister » affirme Desmond Tutu dans la préface de l’ouvrage.

    Ce livre s’accompagne donc d’un appel international à action pour le climat lancé par une centaine de personnalités et militant.e.s pour la justice climatique du monde entier : « Laissons les fossiles dans le sol pour en finir avec les crimes climatiques ». Cet appel entend rassembler d’ici la COP21 des millions de signatures. L’appel affirme notamment que « les gouvernements doivent mettre un terme aux subventions qu’ils versent à l’industrie fossile, et geler leur extraction en renonçant à exploiter 80% de toutes les réserves de carburant fossile. Nous savons que cela implique un changement historique majeur. Nous n’attendrons pas que les États agissent. L’esclavage et l’apartheid n’ont pas disparu parce que des États ont décidé de les abolir, mais par des mobilisations massives qui ne leur ont pas laissé le choix ».

  • Des nouvelles du tour Alternatiba !

    logoweb-small1.png

     

     

    Suivez au jour le jour les étapes du Tour Alternatiba 2015 sur le site :

    https://alternatiba.eu/tour-alternatiba/5000km/

    Et bientôt dans la Vienne !