Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe - Page 4

  • Avec les grecs pour une Europe sociale et démocratique

    Logo Attac.jpgL'éclatant vote du peuple grec signifie un non franc à l’austérité et un oui massif à la démocratie pour une autre Europe. Il confirme l’écart vertigineux qui se creuse entre les peuples et cette Union européenne qui les ignore. Désavoués par les électeurs grecs, Angela Merkel et François Hollande ont appelé Alexis Tsipras à faire des « propositions crédibles » : mais c’est à eux de montrer qu’ils peuvent proposer au peuple grec autre chose qu’une austérité et une injustice sans fin, en allégeant drastiquement le fardeau de la dette. 

    La dette publique grecque est insoutenable, comme le démontre le dernier rapport du FMI que les gouvernements européens ont voulu dissimuler. En plus d’être illégitime et odieuse, comme l’a montré la Commission pour la vérité sur la dette grecque [1]. La question de sa restructuration décisive ne peut plus être évacuée après ce vote : moratoire immédiat, annulation, monétisation par la BCE, transformation en dette perpétuelle à faible taux d’intérêt… Peu importe la méthode, du moment que la dette cesse d’enfoncer la Grèce dans la soumission et la misère.

    Mais cette victoire historique a une portée politique plus profonde : elle confirme que dans le sillage de puissants mouvements sociaux, des forces nouvelles et dynamiques se lèvent en Europe avec beaucoup d’intelligence politique et de dignité, au nom de la démocratie, de l’égalité et de la justice. À contrario pendant cette campagne, les forces conservatrices et social-démocrates, crispées sur leur dogme néo-libéral, ont montré leur vrai visage. Fabriquant et manipulant les peurs, recourant sans scrupule au mensonge, traitant les victimes comme des coupables, méprisant le peuple grec, le menaçant de chaos et d’expulsion, organisant un coup d’État financier, utilisant sans vergogne le journalisme de connivence : ces méthodes ont discrédité leurs auteurs, sans qu’ils ne s’en aperçoivent tant ils sont enfermés dans leur monde.

    Ces dernier jours dans de nombreux pays, des mobilisations contre l’austérité et pour une autre Europe ont soutenu la lutte du peuple grec. Nous allons écrire la suite avec nos espoirs. Les forces politiques progressistes vont continuer de marquer des points en Europe, y compris aux élections. Début octobre des marches européennes partant d’Europe du Sud passeront par la France pour converger sur Bruxelles à la mi-octobre. Une conférence européenne et citoyenne sur la dette aura lieu à Bruxelles le 16 octobre. Attac appelle l’ensemble des organisations et les citoyen·ne·s à assurer leur succès, pour montrer que les mouvements sociaux européens détiennent les clés de l’avenir du continent.

    1. «  Commission pour la vérité sur la dette grecque : Synthèse du rapport préliminaire  »

    Communiqué Attac du 7 juillet 2015

  • Non à l'austérité, oui à la démocratie ! Avec les Grecs vendredi 3 juillet !

    « Non à l’austérité, Oui à la démocratie ! »
     
    Vendredi 3 juillet, à Poitiers,
    rassemblement à partir de 17h30

    Square de la République (anciennement Magenta)

     
    Ci-dessous un appel à nous retrouver de nouveau vendredi, pour soutenir le peuple Grec dans sa lutte pour la démocratie et contre les politiques d’austérité.
     
     
    « Dimanche prochain, le peuple grec a la possibilité de refuser l’austérité, et de choisir la voie de la dignité, dans l’espoir d’une autre Europe.
    En ce moment historique, chacun de nous doit prendre position entre deux visions de l’Europe : la nôtre, celle de la démocratie et de la solidarité, une Europe des peuples , sans frontières. Et celle de la Banque Centrale Européenne, du Fonds Monétaire International et de la Commission Européenne : celle du refus de la justice sociale et climatique, qui piétine la démocratie, qui s’attaque à la protection des plus vulnérables, et s’oppose à la taxation des riches.
     
    Basta, Y’en a marre ! Une autre Europe est possible !
     
    Les membres de mouvements sociaux, de syndicats ou d’organisations politiques venus de toute l’Europe, rassemblés samedi 27 juin à Athènes, appellent à faire du 3 juillet  une journée de mobilisation pour dire « NON » à l’austérité dans toute l’Europe et « OUI » à la dignité, à la souveraineté, à la démocratie, et à la solidarité avec les citoyen.ne.s grecs.
     
    Participons nombreuses et nombreux au rassemblement organisé ce 3 juillet à 17h30 square de la République (ancien square Magenta) à Poitiers. »
     
    Les signataires de cet appel :
    Collectif 86 pour un audit citoyen de la dette publique, UD CGT 86, FSU 86, Mouvement Jeunes Communistes, Ensemble, PG, PCF, EELV, NPA
     
    Avec le soutien d'Attac 86
  • Discours d'Alexis Tsipras devant le parlement grec

    En pièce jointe le discours du premier ministre grec devant le parlement annonçant le référendum du 5 juillet.

    Pour la souveraineté et la dignité du peuple grec (Alexis Tsipras, Athènes, 27 juin 2015).pdf

  • Monsieur Hollande, opposez vous au coup d’État financier

    Logo Attac.jpgEn convoquant un référendum pour ou contre les exigences de l’Eurogroupe, Alexis Tsipras fait preuve d’un véritable courage démocratique. Depuis six mois le gouvernement grec a fait de multiples concessions mais refuse toujours de frapper les catégories populaires, déjà épuisées par cinq années d’austérité brutale. Depuis six mois François Hollande a participé au chantage contre la Grèce tout en prétendant jouer en coulisse le médiateur. Ce week-end à l’Eurogroupe la France doit enfin prendre position contre les mesures iniques et dévastatrices - hausse de la TVA et des cotisations sociales, baisse des retraites... - que l’Eurogroupe exige du gouvernement grec. Pour redonner à l’Europe sa boussole, la démocratie.

    La convocation du référendum donne leur véritable dimension aux négociations entre la Grèce et les institutions et gouvernements européens : la démocratie a-t-elle encore un sens en Europe ? Les Grecs, comme les Espagnols, les Italiens et tous les peuples de l’Union européenne, sont très majoritairement attachés à l’idée d’une construction européenne. Mais comme l’a dit Alexis Tsipras dans son allocution de vendredi soir, « une Europe sans démocratie est une Europe qui a perdu sa boussole ». En voulant imposer au gouvernement grec, au nom de la dette, de nouvelles mesures réduisant les revenus et les retraites des classes populaires, qui ont déjà chuté de 25% depuis cinq ans, la Troïka et l’Eurogroupe organisent en fait un coup d’état financier. Car Syriza s’est engagé devant les électeurs à interrompre le cercle vicieux déflationniste dans lequel les créanciers ont plongé la Grèce : un renoncement signerait le discrédit et la probable chute du gouvernement.

    Les créanciers font miroiter la reprise des financements (qui ne serviraient qu’à rembourser... les créanciers), tandis que pour renforcer la pression, la BCE menace de couper les financements à court terme qui maintiennent les banques grecques à flot dans cette période agitée.

    Comme l’a montré la Commission pour la vérité sur la dette grecque [1], cette dernière est insoutenable et très largement illégitime, voire illégale pour toute la partie contractée du fait des mémoranda imposés illégalement par la Troïka. Elle doit être immédiatement restructurée, pour que la Grèce retrouve les moyens de financer son économie et de se réformer profondément dans un sens égalitaire, écologique et citoyen.

    Comme l’a dit Alexis Tsipras hier, « l’Europe est la maison commune de nos peuples, une maison qui n’a ni propriétaires ni locataires ». Les Grecs se battent bien sûr pour eux-mêmes mais en même temps, et ils le proclament, pour tous les peuples européens soumis aux absurdes politiques d’austérité imposées par la finance. Si l’Eurogroupe de ce week-end débouchait sur un projet inacceptable pour la Grèce, le peuple grec aurait toute légitimité à le refuser et à en appeler à l’intervention des autres peuples d’Europe. Dans les jours qui viennent Attac sera partie prenante de toutes les initiatives de soutien à la Grèce et nous consacrerons la plénière d’ouverture de notre Université d’été, le 25 août à Marseille, à ce combat européen [2]

  • Dans l'agenda d'Attac 86 :

     Alternatiba et climat

    - Prochaine réunion du collectif local "Mobilisation climat" et de soutien à Alternatiba : mardi 23 juin à 20 h 30 dans les locaux de la FSU 86. Comme chacun le sait, ça urge pour la planète : changeons le système, pas le climat !
    Une large mobilisation s'amorce au niveau local de toutes celles et de tous ceux qui se sentent concernéEs et qui veulent "Agir pour la planète… et ses habitants". 
     
    TAFTA : on en veut pas !
    - De la même manière et sur un autre sujet, (qui n'est pas étranger au précédent…) le comité local Stop TAFTA/GMT se réunira jeudi 25 juin à 20 h dans les locaux de la FSU 86 (encore !) pour faire le point sur la campagne de motions proposée aux collectivités locales et aux autres actions à construire pour faire largement connaître ces accords négociés "en douce" que sont les TAFTA, CECA,…

     

    Mobilisons-nous avec les Grecs du 20 au 27 juin !

    Les événements s’accélèrent dans les négociations entre le gouvernement grec et ses créanciers. Dans ce contexte critique, la solidarité avec le peuple grec doit plus que jamais s'exprimer.

    Mais il ne s'agit pas seulement de faire preuve de solidarité : en écrasant la Grèce, les créanciers veulent effacer de la carte européenne la possibilité même d'une alternative aux politiques austéritaires. C'est pourquoi la semaine d'action prévue du 20 au 27 juin sera aussi une semaine de résistance européenne : 

    - A Paris, une manifestation est organisée samedi 20 juin au départ de Stalingrad à 15h en direction de République, où des festivités et débats seront organisés. Soyons nombreux ! Le même jour, des manifestations se tiendront à Londres, Berlin, Rome et dans de nombreuses autres villes en Europe et en France…

    - Un outil est à votre disposition pour interpeller vos députés « Ne soyez pas les complices de l'étouffement de la Grèce ! » : http://www.audit-citoyen.org/?p=64 

    - Une vidéo grand public de mobilisation, «Trois idées reçues sur la crise grecque»,  à visionner et diffuser largement, est disponible ici : http://www.audit-citoyen.org/?p=6466

    Le rapport préliminaire de la Commission pour la vérité sur la dette grecque a été rendu public mercredi 17 juin à Athènes, en présence des plus hautes autorités grecques. Il sera bientôt mis en ligne. Une première analyse est disponible ici : http://www.okeanews.fr/20150617-la-dette-grecque-illegale-illegitime-et-odieuse-selon-le-rapport-preliminaire-du-comite-sur-la-dette

    Plus d’infos sur les actions du 20-26 juin et sur le rapport d’audit seront disponibles sur le site du collectif d’audit citoyen !