Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Démocratie - Page 9

  • Un an après, sortir de l’impasse. Construisons nos alternatives pour changer de cap

    Toutes celles et ceux qui souhaitent voir ou revoir en vidéo le banquet débat du 30 avril dernier peuvent se rendre sur notre site à la page suivante :
    http://www.france.attac.org/dossiers/1-apres-sortir-de-limpasse
     
    Ci-dessous, les liens directs vers toutes les interventions, l'introduction, la conclusion, les trois débats et l'intervention musicale de La Parisienne libérée.

    En remerciant tout particulièrement Anna Pitoun qui a réalisé toutes les vidéos pour Attac France.
     
    Attac France, le 10 mai 2013


    Organisé par Attac France avec Médiapart et les partenaires de l’Altersommet

    ~ Les vidéos ~

    Introduction par Verveine Angeli (porte-parole d’Attac France)

    Social : de la résistance à l’offensive comment fait-on ?
    Animé par Rachida El Azzouzi, Médiapart
    Avec : Rachel Silvera, économiste (Mage-CNRS) - Robert Crémieux, Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) - Panos Angelopoulos, collectif de solidarité France-Grèce pour la Santé.

    Ecologie : des incantations à la transition, comment fait-on ?
    Animé par Isabelle Bourboulon, journaliste indépendante
    Avec : Hervé Kempf, écrivain - Anna Bednik, Collectif ALDEAH et collectif francilien contre le gaz et le pétrole de schiste - Christian Pilichowski, secrétaire international de la Fédération CGT de la métallurgie - Geneviève Coiffard-Grosdoy, membre d’Attac et de l’Acipa (Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes). 

    Intervention musicale de la Parisienne Libérée

    De Tunis à Athènes, le printemps des mouvements sociaux
    Animé par Joseph Confavreux, Médiapart
    Avec : Myrto Bolota, coordination grecque de l’Altersommet, Solidarité pour Tous (Grèce), Russ Davis, Massachussetts Jobs with Justice (Etats-Unis) - Sara Rocha, Attac et Audit citoyen de la dette publique portugaise (Portugal), Messaoud Romdhani, membre du comité d’organisation du Forum social mondial de Tunis (Tunisie).

    Conclusion par Thomas Coutrot (porte-parole d’Attac France) 
    Avec Ollvier Leberquier, syndicaliste de Fralib - entreprise en lutte (Gémenos, Bouches-du-Rhône)

  • Un an après, sortir de l’impasse. Construisons nos alternatives pour changer de cap

    Toutes celles et ceux qui souhaitent voir ou revoir en vidéo le banquet débat du 30 avril dernier peuvent se rendre sur notre site à la page suivante :
    http://www.france.attac.org/dossiers/1-apres-sortir-de-limpasse
     
    Ci-dessous, les liens directs vers toutes les interventions, l'introduction, la conclusion, les trois débats et l'intervention musicale de La Parisienne libérée.

    En remerciant tout particulièrement Anna Pitoun qui a réalisé toutes les vidéos pour Attac France.
     
    Attac France, le 10 mai 2013

    Un an après, sortir de l’impasseConstruisons nos alternatives pour changer de cap

    Organisé par Attac France avec Médiapart et les partenaires de l’Altersommet

    ~ Les vidéos ~

    Introduction par Verveine Angeli (porte-parole d’Attac France)

    Social : de la résistance à l’offensive comment fait-on ?
    Animé par Rachida El Azzouzi, Médiapart
    Avec : Rachel Silvera, économiste (Mage-CNRS) - Robert Crémieux, Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) - Panos Angelopoulos, collectif de solidarité France-Grèce pour la Santé.

    Ecologie : des incantations à la transition, comment fait-on ?
    Animé par Isabelle Bourboulon, journaliste indépendante
    Avec : Hervé Kempf, écrivain - Anna Bednik, Collectif ALDEAH et collectif francilien contre le gaz et le pétrole de schiste - Christian Pilichowski, secrétaire international de la Fédération CGT de la métallurgie - Geneviève Coiffard-Grosdoy, membre d’Attac et de l’Acipa (Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes). 

    Intervention musicale de la Parisienne Libérée

    De Tunis à Athènes, le printemps des mouvements sociaux
    Animé par Joseph Confavreux, Médiapart
    Avec : Myrto Bolota, coordination grecque de l’Altersommet, Solidarité pour Tous (Grèce), Russ Davis, Massachussetts Jobs with Justice (Etats-Unis) - Sara Rocha, Attac et Audit citoyen de la dette publique portugaise (Portugal), Messaoud Romdhani, membre du comité d’organisation du Forum social mondial de Tunis (Tunisie).

    Conclusion par Thomas Coutrot (porte-parole d’Attac France) 
    Avec Ollvier Leberquier, syndicaliste de Fralib - entreprise en lutte (Gémenos, Bouches-du-Rhône)

  • NOTRE-DAME-DES-LANDES : 11 mai 2013

    Soirée-débat organisée à Poitiers le jeudi 2 mai : ci-joint le communiqué d'appel pour la soirée et un départ en bus pour le 11 mai.
    tract nddl 86.pdf
    Après la réponse, ce 15 avril, du gouvernement français aux questions formulées par deux Directions Générales auprès de la Commission Européenne : celle de l'Environnement et celle de la Concurrence,
    Après la publication la semaine dernière de trois rapports sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes :
    - l'un rédigé par la Commission dite de 'dialogue', nommée par Jean-Marc Ayrault pour apaiser les tensions après les violentes expulsions/destructions d’octobre-novembre 2012 ;
    - le deuxième par le Comité d'experts scientifiques, censé expertiser les compensations de la destruction des zones humides et des espèces protégées proposées par Vinci (compensations exigées par la loi sur l'eau) ;
    - et le troisième sur les impacts agricoles, demandé, comme le précédent, suite à l'enquête publique 'loi sur l'eau' de l'été 2012,
    Nous constatons qu'aucun des trois groupes n'avait comme 'feuille de route' le réexamen ni la remise en cause globale du projet. Ils ne se sont donc pas prononcés 'pour' le projet (ni 'contre' d'ailleurs !), mais ils ne l'ont pas pour autant validé.
    Le rapport de la Commission de dialogue valide les arguments des anti-aéroports bien au-delà de ce qu'eux même pouvaient espérer. Le travail du Comité d'experts scientifiques porte le coup le plus rude au projet en refusant clairement la validation de la méthode de compensation proposée par Vinci. Les impacts sur l'agriculture sont également jugés sous-estimés et beaucoup trop importants.
    Le coup de grâce est donné par le Comité Permanent du Conseil national de protection de la nature qui confirme la nécessité de mener des études sérieuses (d'une durée probable de 2 ans) et de remettre la méthodologie à plat.
    La multitude de compléments d'études ou de modifications demandés devrait, en bonne logique, conclure à l'abandon du projet, ce que nos organisations attendent depuis longtemps. Jamais les réserves émises sur ce projet n'ont été aussi fortes et nombreuses. Pourtant, ses porteurs, Jean-Marc Ayrault et des élus des collectivités territoriales en tête, s'y cramponnent, réaffirment leur foi dans le bien-fondé du projet et leur volonté de le faire aboutir au lieu de saisir l'opportunité d'un recul légitime et digne.
    Mais ne nous y trompons pas : la bataille est loin d'être gagnée, les décisions juridiques déjà prises localement permettent les expulsions à tout moment.
    Montrons notre détermination contre ce projet, ne laissons pas les forces répressives reprendre du terrain
    Tous à la chaîne humaine du 11 mai autour de la Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes, puis au grand rassemblement de l'été les 3 et 4 août !

    Appel à participation à la chaîne humaine " Enterrons le projet" Notre-Dame-des-Landes - 11 mai 2013

     Attac, avec huit autres organisations nationales, a réaffirmé sa détermination à soutenir la lutte contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes et a appelé à une participation massive à la chaîne humaine du 11 mai (voir le communiqué de presse : www.france.attac.org/articles/notre-dame-des-landes-surtout-ne-rien-lacher

    La coordination des opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes a pris la décision d'organisation un très grand évènement sous la forme d'une chaîne humaine, le 11 mai prochain. Celle-ci se déploiera sur les 25 km de routes qui entourent la ZAD. La coordination des opposants veut, avec cette chaîne humaine, offrir à la plus large population la possibilité de dire son opposition à ce projet inutile et imposé par un geste symbolique fort. Les plus de 200 comités locaux de soutien à la lutte se mobilisent pour faciliter la participation de tou-te-s à cette action.

    La chaîne sera constituée entre 11h et 14h et sera suivie d'un rassemblement avec des concerts de soutien.

    RENDEZ-VOUS LE 11 MAI 2013 aux portes définies POUR LA CONSTITUTION DE LA CHAÎNE à 11H00. (flèchage prévu)

    Participer à la chaîne humaine

    Vous trouverez l'ensemble des informations pratiques sur le site www.chaine-humaine-stop-aeroport.org

    Pour participer à la chaîne humaine, contactez le collectif local de soutien le plus proche de chez vous : voir http://comites-ndl.blogspot.fr/

    Pour les informations concernant le covoiturage et les départs de cars déjà organisés voir www.chaine-humaine-stop-aeroport.org/fr/organiser/organiser-un-depart-groupe/attente-transport.html

    Il est encore temps de monter vous-même un collectif et/ou d'organiser des voyages en car ; n'oubliez pas alors d'en informer les personnes intéressées en les déclarant sur les deux sites ci-dessus.

    Présence d'AttacLes arrivants seront répartis sur la chaîne humaine en fonction de leur lieu, mode et heure d'arrivée sur le site. Il n'y aura donc pas de "tronçon" Attac dans la chaîne humaine, nous serons répartis sur toute la chaîne.

    N'oubliez pas de prendre avec vous vos badges, drapeaux, autocollants Attac !

  • « Éradication des paradis fiscaux » : assez d’effets d’annonce, la France doit agir

    Logo Attac.jpgAnalyse de la déclaration de François Hollande.

    Après les fanfaronnades de Nicolas Sarkozy sur la « mort des paradis fiscaux », et surtout après l’affaire Cahuzac, les citoyens attendaient des mesures fortes montrant que la France passait enfin à l’acte. Mais les annonces de François Hollande pour « éradiquer les paradis fiscaux » sont soit… des effets d’annonce sans conséquences, soit des mesures qui dépendent de futures négociations européennes à l’issue incertaine et peut-être lointaine. Pourtant, le seul moyen pour le gouvernement de garder quelque crédit est de prendre de vraies mesures. La mobilisation citoyenne est plus que jamais nécessaire pour imposer des mesures vigoureuses et immédiates, afin que la France entraîne l’Europe dans l’action.

    Prenons une par une les mesures annoncées par M. Hollande.
     
    Le « renforcement des moyens de la justice, de la police et de l'administration fiscale pour lutter contre les fraudes fiscales » ? Il se résume à 50 enquêteurs de police judiciaire, 50 magistrats et 50 agents des impôts supplémentaires. Depuis 10 ans les agents de contrôle sont au nombre de 5 000 : l’augmentation annoncée est de 1 % ! L’embauche immédiate de 1 000 contrôleurs et inspecteurs des impôts est indispensable, ainsi que le renforcement des services support, décimés par les réductions d’effectifs : depuis 2002, l’administration des impôts a perdu 25 000 emplois ! 
     
    La création d'un « parquet sur les affaires de grande corruption et de grande fraude fiscale, avec une compétence nationale » ? Mais, comme l’indique le Syndicat de la Magistrature, il existe déjà des juridictions spécialisées, et ce nouveau parquet ne sera pas plus indépendant de Bercy que les juridictions précédentes. L'ouverture, et donc le blocage, des poursuites en matière de fraude fiscale restent de la responsabilité du ministre du budget, dont on a vu la carence ces dernières années.
     
    La « création d'un office central de lutte contre la fraude et la corruption au sein de la direction centrale de la police judiciaire » ?  Selon Matignon cet office « reprendra les compétences de la division nationale des infractions financières et fiscales (DNIFF), et sera renforcé par des personnels du ministère des finances (effectifs DGFIP renforcés, DGCCRF, et Douane), soit un total de 95 personnels environ, contre 45 aujourd’hui à la DNIFF ». Ce n'est pas une réelle mesure mais un effet d'annonce sur un simple redéploiement de moyens.
     
    « Le renforcement des sanctions pénales pour les fraudes fiscales les plus lourdes et la modification des règles de prescription en matière pénale pour les infractions les plus graves » pour les élus ? On demande à voir plus précisément, mais pourquoi ne pas sanctionner aussi les banques, avocats, fiscalistes, cabinets de conseil qui incitent à l'évasion fiscale ?
     
    Les banques françaises devront rendre publique chaque année la liste de toutes leurs filiales à l'étranger et la nature de leurs activités ? Fort bien, mais cela a déjà été voté par le Parlement dans le cadre de la loi bancaire, c’est même la seule avancée significative de cette loi, obtenue par la mobilisation de la société civile et malgré Bercy.
     
    « Étendre l'obligation de transparence à l'ensemble des entreprises » ? C'est très important et nous le demandons depuis des années avec la Plate-forme des paradis fiscaux et judiciaires : le reporting par pays pour les multinationales afin de lutter contre les manipulations des prix de transfert et l’évasion fiscale. Mais François Hollande va proposer cette mesure à l’Union européenne, où la chose peut prendre des années et être diluée par les processus européens de décision, alors qu’il faudrait la prendre au niveau français pour entraîner le reste de l’Union, comme cela a été tout récemment le cas pour la transparence des banques.
     
    La « révision tous les ans de la liste des paradis fiscaux » ? C’est déjà le cas : l’important est sur quels critères ? Avec qui seront-ils discutés ? Nous exigeons que les associations soient parties prenantes des choix retenus, afin que cette nouvelle liste ne soit pas encore vide.
     
    « Faire adopter au niveau européen des règles communes d'échange automatique d'informations fiscales » ? Là encore, pourquoi demander à l’Europe ce que la France peut faire dès aujourd’hui, à l’image des États-Unis avec la loi FATCA ? Au niveau européen, cette décision nécessite l'unanimité, l'Autriche et Luxembourg bloquent depuis des années : là aussi il faut une avancée française tout de suite.
     
    Attac cherchera dans les jours et semaines qui viennent à faire converger les énergies pour obtenir de François Hollande que ces annonces, pour l’instant très en deçà des nécessités, deviennent une politique audacieuse en matière de lutte contre l’évasion fiscale. Attac propose 5 mesures clés pour en finir avec la complaisance via une pétition « stoppez l’évasion fiscale », qui a déjà recueilli plus de 33 000 signatures en quelques jours. Les attentes des citoyens sont fortes sur ce sujet, et bien d’autres actions seront nécessaires pour pousser le gouvernement à agir sans faux-semblants.
     
    Attac France, le 11 avril 2013

  • Leur dette, notre démocratie !

    Logo Attac.jpgA l'occasion de la sortie du livre "Attac" sur la dette, ci-dessous le 4e de couverture :

    Partout en Europe la même question se pose : payer la dette ou préserver la démocratie ?

    Partout les plans d’austérité se succèdent, imposés par la sinistre Troïka et les créanciers. M. Hollande, à peine élu, rati- fie sans en changer un seul mot le traité budgétaire qu’il avait promis aux électeurs de renégocier. De droite ou de gauche, les actuels gouvernants ne pensent qu’à sauver les banques et « rassurer les marchés ».

    Pourtant la dette est la condition-même du vivre-ensemble : la dette sociale, entre les citoyens et entre les générations ; la dette écologique, entre les humains et la nature. Mais pour rembourser la dette financière, les créanciers veulent liquider ces dettes de vie, en sacrifiant les protections sociales et les équilibres écologiques.

    Pourtant, on le montre ici, la dette publique ne provient aucunement de dépenses publiques excessives, ni d’un supposé laxisme d’élus qui seraient trop sensibles à la pression des élec- teurs. Bien au contraire, les représentants n’obéissent plus aux citoyens mais aux marchés. C’est pourquoi, d’Athènes à Tunis en passant par Wall Street, les révoltes populaires et mouvements « Indignés » ou Occupy s’attaquent à la fois aux oligarchies de la finance et de la politique. Ces mouvements s’inscrivent dans la longue tradition trop méconnue de la « démo- cratie par en bas ». Nous avons assez critiqué la dictature des financiers et la trahison des élus : l’heure est venue de construire en théorie et en pratique les outils d’une nouvelle démocratie, sociale et écologique.

    Attac est une association qui lutte pour que les citoyens puissent, par l’action démocratique, se réapproprier ensemble l’avenir de notre monde, aujourd’hui soumis à la loi de la spéculation et des marchés financiers. Présente dans une cinquantaine de pays, elle est active dans le mouvement altermondialiste et les forums sociaux.

    Prix public : 9 €

     

    batleurdette.pdf